AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Midnight, on the bridge. Come alone. (Noah & Maisie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corgi adoré
avatar
Maisie Hart

Age : 21 ans, bring on the beer
Métier : Je suis étudiante en génie automobile, et je bosse également dans le garage de mon père.
Statut civil : Libre, plutôt satisfaite de ça.
Selfie :
Messages : 70
Quartier : #29, preston park avenue avec les abrutis qui me servent de meilleurs amis.
Plaisir coupable : Les fanfictions x reader et Shawn Mendes. Merci de ne pas (trop) juger, oh.
Pseudo : ginger squid / Laura, c'est parfait Laura ;)
Avatar : Zoey Cute Deutch
Crédit : Kidd (ava)
Disponibilité RP : Noah + libre !

MessageSujet: Midnight, on the bridge. Come alone. (Noah & Maisie)   Lun 22 Jan - 21:51

Midnight, on the bridge.
Come alone.
maisie & noah

20h. Les derniers coups de laque, les rires moqueurs des copains et Evie qui commence déjà à avoir les joues rouges. Ce soir, c'est la fête. On célèbre la fin de l'année, on félicite la terre d'avoir réussi à faire le tour d'elle-même, on laisse derrière un nous en espérant que le prochain sera meilleur. Idéalement. En vérité c'est surtout l'occasion de boire avec insouciance, avec un bon prétexte cette fois.

21h. Evie a les joues encore plus rouges, j'ai dit bonjour à des tas de gens dont j'ignore complètement l'identité, Lyle a du se faire passer pour mon frère deux fois pour que des gros lourds cessent de m'enquiquiner. On est arrivé il n'y a même pas une demie-heure. Il y a tellement de gens sur ce bateau que je m'attends sérieusement à ce qu'il coule. Je regrette un peu de ne pas m'y connaître aussi bien en bateau, et je crains que ce soit fichtrement trop différent des voitures pour être capable de quoi que ce soit.

Je crois que j'ai un peu oublié comment nager, aussi.

22h. J'ai aperçu Noah. Ou un type qui ressemble beaucoup à Noah. Quand je l'ai vu, mes joues sont devenues aussi rouges que celles d'Evie et j'ai presque littéralement couru à l'endroit opposé du bateau. Du coup je suis retombée sur l'un des gros lourds du début de soirée, et j'ai paniqué et terminé mon verre d'un trait. J'ai regretté presque immédiatement. Puis en plus, je n'avais pas Lyle pour me sauver. Alors j'ai fait les gros yeux au gros lourd pendant cinq minutes, incapable de comprendre ce qu'il me disait. Mon rythme cardiaque n'est extrêmement pas normal, je n'arrive vraiment pas à aligner deux pensées cohérentes, j'ai très envie de balancer le gros lourd à l'eau.

« Maiisiiiiie ! Tu devineras jamaiiiis qui je viens de voiiir ! » C'est moi-même que je vais balancer à l'eau, en fait.

23h. Les minutes commencent à s'allonger, les verres s'enchaînent sans qu'on ne puisse plus les compter. Certains fous ont décidé de sauter à l'eau, intrépide. En plein hiver, sous prétexte qu'on est heureux de vivre. Ils n'ont même pas attendu l'heure magique de minuit pour faire l'expérience. Lyle, comme d'habitude, en fait partie. Et me voilà dans le froid, au bord de la jetée, à le regarder se dépoiler. Je suis censée garder ses vêtements en sécurité. Lui comme moi savons très bien que je vais m'empresser d'aller les planquer une fois qu'il aura sauter. Il me semble que Noah est dans le petit groupe d'intrépide. Lui comme moi, enfin surtout moi, savons très bien que je ne suis pas prête à avoir cette conversation ce soir. Mais en même temps, je ne suis même pas sûre qu'il y ait une conversation à avoir, et je pense que j'ai l'esprit trop imbibé pour être vraiment cohérente, et je pourrais être capable de l'embrasser après un simple bonjour ou tu sens le fromage de sa part.

La vie c'est dur, vivement l'année prochaine.

« Si je meurs, rappelle à ma maman que je l'aime. » Lyle me fait un salut des plus héroïques avant de se mettre à hurler pour sauter dans l'eau. Puis après c'est moi qui me met à crier, parce qu'il m'a éclaboussé et que l'eau est terriblement froide. L'alcool, ça réchauffe. Moi, en attendant, je ramasse à tâton toutes les fringues que je peux trouver. J'évite de glousser comme une idiote, mais je suis plutôt satisfaite de ma bêtise. Jusqu'à ce qu'un des intrépides ne décide de tout de suite de regretter immédiatement son geste et ne me rejoigne sur le pont. Puis comme intrépide ça ressemble beaucoup à imbécile, il fallait que ce soit Noah. Evidemment.

Mon sourire est soudainement beaucoup trop grand.

« Salut ! J'suis désolée, mais j'ai pris tes vêtements en otage, il va falloir payer une rançon ou attendre jusqu'à l'année prochaine pour en récupérer le titre de propriété ! » Et je me trouve assez cocasse, et j'utilise des formulations compliquées comme titre de propriété lorsque j'ai un peu bu, et je n'en profite même pas pour admirer la musculature de mon camarade tiret wow, ça fait plus d'un an et demi que je l'ai pas vu et wowowowow la dernière j'ai carrément décidé de l'embrasser parce que tiret encore, fut un temps j'avais un léger béguin pour cet abruti et que finalement je ne suis pas si certaine qu'il soit parti. Tout ça. Et plus encore.

_________________

 
Do not take life too seriously,
   you will never get out of it alive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mr. Fluff's Bitch
avatar
Noah Beckett

Age : vingt-deux ans (9/12)
Métier : Étudiant en génie électrique qui fait tout sauf se concentrer sur ses études. Travaille à temps partiel au Brighton Pier en tant que préposé à la billetterie. Sinon, c'est un cascadeur non-professionnel qui fait des cascades débiles avec ses potes et les postes sur youtube.
Statut civil : Célibataire qui préfère passer la nuit avec une fille différente que d'assumer ce qu'il ressent pour une jolie brunette.
Selfie :
Messages : 289
Quartier : Petit appart à Kemptown avec Autumn. Il était censé être avec Dallas, mais sa copine semble prendre une place plus importante dans sa vie. Le connard.
Plaisir coupable : L'alcool.
Pseudo : Mrs. Chaplin
Avatar : Nick Jonas
Crédit : Ava (nephilim) & gif (tumblr)
Disponibilité RP : My body is ready (a)

MessageSujet: Re: Midnight, on the bridge. Come alone. (Noah & Maisie)   Jeu 1 Fév - 7:17

Let's go crazy 'til we see the sun
maisie & noah

La fin de l’année. Dernière journée pour déconner avant de devenir de bonnes personnes avec des résolutions respectables. N’importe quoi. Je leur donne un mois et je suis généreux. D’ici février, Jessica aura abandonné sa diète, Jonathan abandonnera la monogamie et Duke sera de retour dans les bars à tous les soirs de la semaine. Ils ont beau se vendre du rêve et se convaincre que 2018 sera la bonne, je les connais trop. Ils ne changeront pas. Mais bon, je les laisse sur leur nuage, car comme à chaque année, Duke organise toujours une grande fiesta, faisant comme si c’était la dernière fois qu’il touchera à l’alcool. On y croit, on y croit. Comme un gros qui se bourre la gueule de tout ce qui a de plus gras avant son régime. Voilà comment on s’est retrouvé une bonne cinquantaine dans le bateau de son père. C’est cool, non ? Enfin, bref. Bateau ou pas, tant qu'on fait la fête, c'est tout ce qui compte.

La soirée a débuté en force. Dès que j’ai mis les pieds dans le bateau, Duke m’a tout de suite remis deux shooters de… à vrai dire, je n’ai aucune idée de quoi il s’agissait, mais c’était dégueulasse. Connaissant très bien mon ami, il devait être bourré depuis midi et fait ses shooters avec peu importe ce qui lui tombe sous la main. Et ça, ce n’était que le début. On passe une bonne partie de la soirée à jouer à des jeux d’alcool débiles, parce qu’on trouve ça toujours aussi drôle. À mon plus grand malheur, je me retrouve en équipe avec Jonathan. Ce qui veut dire, que je perds régulièrement et que j’enchaîne les verres assez rapidement et après quelques rounds, je commence à me sentir bien. Je pense qu'il est temps de prendre une pause, non ? Si je veux être capable de me rappeler des douze coups de minuit.

Tandis que Jo me raconte une de ses histoires – dont le trois quarts doit être exagéré pour lui donner l’air cool –, mon regard se pose sur Maisie qui passe derrière la grosse tête blonde de mon ami. Lorsque son regard croise le mien, je souris pour la saluer. « Ah non, j’ai déjà call shotgun sur elle. » me dit Jonathan en réalisant que mon attention n’était plus sur lui. Qu’est-ce qu’il me raconte encore lui ? « Sur qui ? Maisie ? » Je fronce les sourcils, plus amusé qu’autre chose, avant de me mettre à rigoler. Déjà, juste le fait qu’il dise « shotgun » en parlant de Maisie me fait rigoler. Parce qu’à parler comme ça d’elle, c’est clair qu’il ne la connait pas. Si elle savait, elle le lapiderait en live devant tout le monde ici présent. Je sais de quoi je parle. « Bonne chance. » Il semble vexé par mon amusement, car il ne prend pas de temps à tourner les talons et se diriger dans la direction que la blondinette est partie. « Tu riras moins tout à l’heure ! » avait-il dit avant de m’abandonner. Encore une fois, j'ai éclaté de rire. Ce cher Jonathan. La vie serait moins drôle sans lui.

La soirée continue et je ne sais pas comment nous en sommes arrivé là, mais Duke a décidé de se lancer à l’eau. Jonathan a fait de même suivi de deux autres gars. La chose à faire aurait été de rester dans le bateau. Sauté dans la mer en plein hiver n’est pas l’idée la plus brillante. Mais je suis un mec bourré et irresponsable, je ne sais pas ce que c'est de réfléchir avant d'agir. Me voilà donc dans l’eau avec le reste de la bande. YOLO ! L’eau est froide. Très froide. Mais on est con. On reste, on s’arrose, on se pousse. On est des gamins quoi. Sauf que lorsque je relève la tête vers le bateau, je vois quelqu’un partir avec nos vêtements dans les bras. J’identifie tout de suite la coupable : Maisie. « HEY ! » Je m’exclame pour l’arrêter, mais elle continue. À toute vitesse, ce qui n’est pas réellement vite, puisque l’alcool me ralentit en plus d’avoir les jambes gelées, je tente de la rattraper.

Elle rigole, fière de son coup. Tandis que moi, je suis en train de me geler le cul, bras croisés sur mon torse pour tenter de garder ma chaleur. Je tremble, mais je reste tout de même amusé. En même temps. Comment être fâché avec elle dans cet état ludique. « Salut ! J'suis désolée, mais j'ai pris tes vêtements en otage, il va falloir payer une rançon ou attendre jusqu'à l'année prochaine pour en récupérer le titre de propriété ! »  J’arque les sourcils, ne sachant pas trop comment prendre cette proposition. Ce qui me vient à l’esprit est loin d’être approprié, mais venant de Maisie, je ne sais pas si je dois le prendre ainsi. « Si tu voulais me voir à moitié nu, t’avais qu’à demander. » L’esprit déplacé, pour faire changement. Sauf qu’elle a ouvert la porte, je ne suis pas du genre à me plaindre lorsque ça arrive. Et certainement pas avec Maisie. Surtout qu’on n’a jamais terminé ce que nous avions commencé avant son départ pour le Japon. Par contre, ce n’est pas en racontant des conneries que je vais ravoir mes vêtements. Dehors, il fait toujours aussi froid ! « Une rançon, c’est ça ? Un câlin, ça passe ? » Parce que je suis trempé et que j’ai bien envie de la tremper, elle aussi. Après tout, monopoliser mes vêtements, c’est vilain. Je fais un pas devant en ouvrant les bras et elle, un derrière. Moi aussi, je peux jouer à ce jeu. « Aller, juste un. » Un sourire espiègle vient arborer mes lèvres, je me prépare à courir après elle, mais dès que je fais les deux premiers pas, un de mes pieds glisse et POUF !, je viens embrasser le plancher. Mieux que rien. Ma tête tourne. Les étoiles, je les vois presque. En grommelant, je me tourne sur le dos et vient placer ma main sur mon front, comme quoi ça allait soulager mon mal de crâne. Autour de moi, les gens se moquent, j’entends leur rire. Content de savoir que je les amuse. « Je peux ravoir mes vêtements maintenant ? » Mais je ne m'avoue pas vaincu. Oh que non ! Just you wait. What’s your name, man ? Alexander Hamilton !

_________________
    noah beckett ◇ that party last night was awfully crazy. i wish we taped it. i danced my ass off and had this one girl completely naked. drink my beer and smoke my weed but my good friends is all i need. Pass out at three, wake up at ten, go out to eat then do it again. crédit endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Maisie Hart

Age : 21 ans, bring on the beer
Métier : Je suis étudiante en génie automobile, et je bosse également dans le garage de mon père.
Statut civil : Libre, plutôt satisfaite de ça.
Selfie :
Messages : 70
Quartier : #29, preston park avenue avec les abrutis qui me servent de meilleurs amis.
Plaisir coupable : Les fanfictions x reader et Shawn Mendes. Merci de ne pas (trop) juger, oh.
Pseudo : ginger squid / Laura, c'est parfait Laura ;)
Avatar : Zoey Cute Deutch
Crédit : Kidd (ava)
Disponibilité RP : Noah + libre !

MessageSujet: Re: Midnight, on the bridge. Come alone. (Noah & Maisie)   Sam 10 Fév - 23:05

Midnight, on the bridge.
Come alone.
maisie & noah

23H18. Les mâles composant l’espèce humaine sont une sorte de cette dernière particulièrement stupide, surtout sous l’emprise de l’alcool. 23H25. Maisie Hart risque de décéder à avoir les joues aussi rouges, tout ça à cause d’un de ces stupides mâles. 23H29. Noah Beckett est vraiment décédé, appelez les pompiers et sortez les mouchoirs.

On reprend ? On reprend.

Je réitère à dire que les mâles sont stupides, évidemment. Quand Lyle est venu me voir, essoufflé d’avoir couru en étant tout content et excité de suivre ses copains pour faire la « dernière connerie de l’année », ce constat s’est une nouvelle fois imposé à moi. Mais il faut dire que j’ai l’habitude, maintenant, et que de toute façon je suis trop joyeuse grâce à un certain type de solution liquide pour ne penser à lui faire la morale. Alors bon, je l’ai suivi gentiment, déjà en train de rire à l’idée qu’il allait se dépoiler pour aller mourir d’hypothermie et que comme je suis une amie sympa j’allais arranger les choses en lui piquant ses fringues.

Ok, peut-être que les femelles sont stupides aussi. Un peu. Sous l’influence de l’alcool. Juste le soir du nouvel an.

Du coup il y a les ploufs, les rires et les cris. Puis je ne me suis pas faite prier pour commencer ma quête, histoire de pouvoir rejoindre la foule à l’intérieur et avoir une température décente. Moi, j’ai bien envie de voir 2018, contrairement à certains suicidaires. Mon manège ne dure cependant pas bien longtemps qu’un des mâles me repère déjà. Ce qui n’est pas bien grave, je n’aurais qu’à le repousser à l’eau. Sauf que j’identifie rapidement le mâle en la personne de Noah, et que tout de suite ça change tout.

J’attends qu’il sorte de l’eau pour venir à moi et je me mets à sourire comme une gueuse. Je tente de le séduire en utilisant des mots comme « otage » et « rançon » pour qu’il comprenne que je suis une dure à cuire, mais également « titre de propriété » parce que je suis une dure à cuire cultivée. Cultivée à l’alcool, ce soir, oui. Mais je crois que ma tentative de séduction ne marche pas beaucoup, parce qu’il hausse les sourcils et hoche la tête. EH ! J’essaie, ok ? J’essaie ! « Si tu voulais me voir à moitié nu, t’avais qu’à demander. » Ah. Donc il est réceptif ? Non, n’oublions pas de qui il s’agit. Noah « je rentre avec une fille différente tous les soirs et un jour j’aurais épuisé le stock de filles de la planète ». Sa remarque n’a rien d’étonnant, et à ce stade n’est qu’un peu déplacée. Mais parce que je l’ai un peu cherché, que je trouve ça drôle et que la barrière entre mes pensées et ma gorge est beaucoup moins puissante que d’habitude, je me mets à rire au lieu de m’offusquer. « D’accord. Du coup, si je débarque disons dans deux ou trois jours chez toi et que je demande à te voir « moitié nu » ça marche ou c’est juste ce soir que j'ai le droit ? » Est-ce que je peux avoir une carte fidélité, sinon ? On ne sait jamais, dans les moments de faiblesse, ça peut être utile… Ah, et oui, regret un peu.

On rappelle que l’espèce humaine en son intégralité est stupide. Mes joues rouges en sont une preuve tangible.

« Une rançon, c’est ça ? Un câlin, ça passe ? » Alors non. Déjà, la définition de rançon implique de l’argent. Et moi je suis une dure à cuire, une vraie, je ne me laisserai pas faire ! Même si sa proposition serait plutôt tentante en temps normal. Où il ne serait pas excessivement mouillé, où il aurait un peu plus de vêtement et où la température extérieure est plus décente. Là, peut-être que j’envisagerai l’idée de me laisser avoir. « Non, pas trop ! » Ce qui ne l’empêche pas d’ouvrir les bras en grand et de faire un pas en avant. Instinct de survie, je recule. « Noah, non ! » Je préviens, mais je comprends très vite le petit jeu qui vient de s’installer malgré moi ose-t-elle dire et que je vais devoir courir. « Aller, juste un. » Même pas. en. rêve !

Sauf que je n’ai pas le temps d’esquisser un pas, ou plutôt lui, que ce n’est pas un plouf mais un pouf cette fois et c’est sous mes yeux ébahis et une main tendue de façon tout à fait impuissante vers lui qu’il s’étale par terre. Le temps que je comprenne et que mes synapses fassent correctement leur boulot, je ne réagis pas. Et puis j’éclate de rire, parce que l’humanité fait que quand quelqu’un tombe on se moque. Et aussi parce que le karma vient de me sauver d’un câlin mouillé, ce qui est plutôt apprécié. Merci le karma. D’autres rires viennent faire échos au mien, et je pense sérieusement que lorsqu’on reparlera de cette soirée ce ne sera pas pour le passage au nouvel an mais pour cette superbe chute de Sir Beckett. Je me rapproche de lui lorsqu’il se retourne, tout de même un peu inquiète. Je reste quelqu’un de bien, dans le fond. Je me retiens de rire en voyant son air dépité. Mais je ne distingue pas de sang nul part, son nez a l’air d’être à l’endroit, il est toujours aussi fringuant. Tout va bien, il aura peut-être une petite bosse et quelques bleus.

« Eh ça va ? » Je lui demande, penchée sur lui. Est-ce qu’on appelle les pompiers, qui n’arriveront pas à le sauver, et est-ce que je dois déjà être une veuve et porter des vêtements noirs et tristes pendant un an ? Est-ce que je peux avoir sa fortune, même si nous ne sommes légalement pas mariés, techniquement pas en couple et qu’en vérité il ne s’est jamais vraiment rien passé entre nous ? Je promets que j’en ferais bon usage, évidemment. « Je peux ravoir mes vêtements maintenant ? » Il ne perd pas ses priorités, alors ça a l’air d’aller. Un énième rire m’échappe et j’acquiesce. Mais comme il a l’air encore sonné, je précise. « Oui. On va t’éviter l’hypothermie en plus. » Et parce que j’ai bon cœur, je ne lui parle même pas de rançon. On a vu où ça nous a mené la première fois.

Accroupie, j’attrape un bout de son bras et l’aide à se relever. On tente d’abord la position assise. J’essaie d’être bienveillante et de ne pas me moquer encore. Si ça se trouve, il a une hémorragie interne ou une commotion cérébrale cet idiot. « Je te préviens, Beckett, si tu meurs sous ma surveillance je risque de ne pas être très contente. » Je grommelle lorsque je lui passe comme je peux un des pulls que j’ai emprunté aux messieurs. Pas très pratique en comparant son envergure à la mienne, et oui au passage je suis quelqu’un de très menaçant. Finalement il arrive à se débrouiller pour l’enfiler seul, et j’en profite pour observer son visage. La bosse sur le front est confirmée. Je ricane quand même un peu. « T’es moche. » Je l’informe, avec tout l’amour que je lui porte, en riant. Je vais d’un doigt appuyer sur la zone enflée. « Ça fait mal quand j’appuie ? » A entendre son petit cri de douleur, il faut croire que oui. Le faible. Je pousse un soupir exagéré avant de me relever, l’invite d’une main à en faire autant. « En attendant que tu prennes tes bonnes résolutions pour l’année prochaine, je peux me faire pardonner en t’offrant un verre ? » Oui, après Noah l’intrépide c’est Maisie l’intrépide. Mais c’est un peu de ma faute s’il est tombé. Et lui offrir un verre m’offre une excuse pour pouvoir le surveiller pour m’assurer qu’il aille vraiment bien.

Et pour passer du temps avec lui, aussi, mais ça c’est secondaire et il n’a pas besoin de le savoir.

_________________

 
Do not take life too seriously,
   you will never get out of it alive
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Midnight, on the bridge. Come alone. (Noah & Maisie)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Midnight, on the bridge. Come alone. (Noah & Maisie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EPT Pegasus Bridge (BM#2)
» [Midnight]-les rendez vous des parties
» Bridge Walker
» Juin 2012 : Isul Midnight Déjà Vu
» Novembre 2012 : Pullip Midnight Velvet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Lights ::  :: Kemptown :: Marina-
Sauter vers: