AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 when things couldn't get worst ○ riley&faye

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar
Faye Calloway

Age : Déjà la trentaine.
Statut civil : Mariée, à se convaincre que tout va bien dans son couple.
Selfie :
Messages : 100
Pseudo : Mrs. Chaplin
Avatar : Brie Larson.
Crédit : ava (lilousilver), gif (found on tumblr).

MessageSujet: when things couldn't get worst ○ riley&faye   Ven 22 Déc - 6:44

when things couldn't get worst
riley & faye

Je n’arrive pas à me concentrer. Ça doit faire trente minutes que je suis sur le même dossier, alors qu’habituellement, ça m’en prend quinze, maximum. Ma tête est ailleurs. En fait, ma tête ne sait pas où se mettre. J’ai fait une connerie, je m’en veux. J’ai envie de l’avouer à Tobias, mais je ne peux pas. Pour plusieurs raisons. Premièrement, si je lui dis que j’ai embrassé Evan, il va mal le prendre, car je lui tombe toujours sur le dos et le questionne souvent sur sa fidélité. Du coup, je ne suis plus en mesure de le pointer du doigt. Le doigt est plutôt tourné vers moi. Et deuxièmement, je ne sais pas si je suis capable de le laisser partir. Je sais que ça va mal entre nous et que c’est probablement pour ces raisons que je me suis laissée emporter avec Evan, mais reste que c’est bizarre de m’imaginer une vie sans Tobias. C’est con de ma part et je sais que c’est légèrement égoïste, car je le fais pour des raisons qui ne sont pas valables. Mais je ne veux pas avoir fait tout afin sauver notre couple pour rien. C’est impossible. « Faye. » Me retirant de mes pensées, je lève la tête. Kristen se tient debout devant moi. « T’es libre pour des radios ? Y’a une fille qui vient de se pointer avec un mal de dents. » Je baisse les yeux vers mon dossier qui n’a toujours pas avancé. Bon. Peut-être que bouger un peu allait me changer les idées. Pourquoi pas ? « Ouais. Ok. C’est bon. Prend ses infos et dit lui que ça ne sera pas long. » Elle tourne les talons et sort du bureau. Je finis d’écrire deux-trois phrases avant de perdre mon idée. Pour le reste, ça ira à plus tard. Ça ne pressait pas non plus, Craig a dit que je devais lui remettre avant lundi prochain. Bref, je le range et au même moment, Kristen revient dans mon bureau en m’expliquant le problème de la cliente avant de me tendre son dossier. Je le prends et dès que je vois le nom, mon cœur s’arrête : Riley Blake. Sur le coup, je pense que c’est ma conscience qui me joue des tours. Disons que j’ai été hanté par ce nom un bon moment. Mais il ne veut pas se transformer en Rita Black ou peu importe quel nom que j’aurais pu confondre. Petit moment de panique intérieur, mes battements de cœurs se font plus rapide. Non. Non. Non. Et non. Je ne suis pas prête pour ça. Pas aujourd’hui. J’ai déjà assez de truc en tête comme ça, je ne peux pas. « Tu crois que Leah peut la prendre ? » Elle me lance un regard confus. « Elle est en pause, elle revient dans trente minutes. » Rooooooooh ! Toujours quand j’en ai besoin. Elle ne pouvait pas aller bouffer plus tard, elle ! « On peut dire à la cliente de repasser plus tard. » Elle doit se demander si je vais bien. Du moins, c’est ce que je sens dans son regard. Non, je ne vais pas bien, mais ça, je ne peux pas le dire. Surtout pas à Kristen, la grande gueule du cabinet. « Je lui ai déjà dit que tu t’en venais. » Merci pour l’aide Kristen ! « Y’a un problème, Faye ? » OUI ! « Non, ça va. J’ai juste… mal à l’estomac. » dis-je, faux sourire aux lèvres. Est-ce que je rêve ? Dites-moi que oui. Please !

En route vers la salle des radios, tout de mon corps me demande de faire demi-tour, mais je ne peux pas. Ok. Je ne me sens vraiment pas bien là. Qu’est-ce qu’elle fait là au juste ? Elle est censée vivre à Londres. Je ne comprends pas. Et puis, son timing est parfait. Moi qui pensait que ça ne pouvait pas être pire, je suis servie ! Devant la porte, je regarde à travers la petite fenêtre pour voir si ce n’est pas qu’une simple coïncidence, qu’il y a deux Riley Blake dans le monde. Mais non. C’est elle. Gosh. Ma main sur la poignée, je ferme les yeux en prenant une grande respiration. Tout va bien se passer. Tout va bien se passer. Tout va bien se passer. Kill me. J’ouvre la porte and here we go. Je n’affiche pas un sourire, car je n’ai pas envie de jouer aux hypocrites. Non, je veux qu’elle comprenne que sa présence ne m’enchante guère. « Je sais pas comment t’as su que je bossais ici, mais ça m’amuse pas. » Parce que oui, elle devait le savoir. Il y a plusieurs cabinets en ville, pourquoi celui-ci ? « Un mal de dents, c'est ça ? » Je ne la crois pas, non. Je ne sais pas ce qu'elle veut, mais malgré toutes ces années, je ne suis pas prêt de la réintégrer dans ma vie. Et certainement pas dans celle de Tobias !

_________________
    faye calloway ◇ just one hand can heal another. be a part, reach a heart just one spark starts a fire. with one little action, the chain reaction will never stop. make it strong, shine a light and send it on. crédit endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Riley Blake

Age : 31 ans, un peu moins mentalement
Métier : Prof de chimie
Statut civil : Libre comme l'air
Selfie :
Messages : 52
Quartier : Preston Park
Avatar : Tatiana Maslany
Crédit : lux aeterna
Disponibilité RP : Yes !

MessageSujet: Re: when things couldn't get worst ○ riley&faye   Ven 29 Déc - 18:45

when things couldn't get worst
Faye & Riley

La première chose à laquelle Riley pense, après cinq secondes de suspension cardiaque, c'est à un "Merde..." surpris. Ça doit se voir à sa tronche d'ailleurs que l'apparition de la jolie petite ex n'avait pas été envisagé par la brune, du moins pas chez le dentiste pile à l'heure de trou de son emploi du temps. Pourtant Faye se tient là, lui envoyant toutes les mauvaises ondes du monde pendant qu'elle se contente d'ouvrir des yeux ronds d'étonnement. Pas qu'elle n'ait espéré un seul instant ne jamais retomber sur la Calloway ou même sur Tobias  depuis qu'elle est de retour à Brighton, cela aurait été beaucoup trop tenter le destin. D'ailleurs, elle ne les déteste plus vraiment, elle s'était même dit que le jour où elle en croiserait un, ou les deux, ou les deux avec le sale mioche, elle se contenterait de tracer sa route sans rien dire. Juste que là, elle a mal à une molaire au point de ne mâcher qu'avec le côté droit des mâchoires et de ne plus s'approcher des aliments froids, que dans deux heures elle aura TP avec une classe de sous-doués où il faudra baby-sitter pour éviter qu'ils avalent de la soude à cause d'un défi quelconque, que la journée finira par une réunion, s'annonçant très longue et très chiante, avec les parents d'un élève totalement barge et d'autres collègues alors qu'elle ne rêve que de son canapé et du match Exeter-Londres. A cette journée plus que pénible s'ajoute l'apparition absolument ravie de trouver Riley dans sa salle d'attente.

Plus jamais elle ne demanderait des adresses à la prof principale des dits sous-doués. C'est une prof d'histoire en plus, forcément que c'est pas fiable mais Riley, qui au bout de trois-quatre mois ne connait que les rayons bières des supermarchés et le lycée, a noté les renseignements comme les dires d'un messie.   Le post-it bleu est dans sa poche d'ailleurs, il n'y a que le numéro de téléphone, l'heure et l'adresse inscrits dessus, elle n'a pas cherché à savoir les noms de ceux qui y travaillent, à quoi bon ? Maintenant, elle regrette un peu, elle aurait remarqué le Calloway, elle aurait cherché un autre cabinet. Même si les magazines de la salle d'attente sont parfaitement débiles, pile comme elle aime les trouver. Résultat, en plus d'avoir l'air aussi conne que son poisson rouge mis hors de l'eau, elle a un exemplaire du Sun ouvert sur les genoux, pile sur le quiz "vrais ou faux" avec plein de photos de poitrines de stars apparemment ultra-connues. C'est gênant, très gênant, Riley referme la revue et la remet avec les autres, contente que Faye soit trop occupée à l'accuser d'avoir crevé d'envie de jouer au docteur avec elle.

Il faut répondre maintenant, lui expliquer que le monde ne tourne pas autour de Faye Calloway, que ça fait quand même dix ans alors que Riley est passée à d'autres galères que le plan à trois régulier - même si elle aimait beaucoup Faye, qu'elle adore la voir en colère, qu'il faut qu'elle change de dentiste ou qu'elle arrête d'avoir mal aux dents - et qu'elle a autre chose à foutre qu'à stalker. Sauf que c'est Riley et qu'elle aime bien la provoc alors elle sourit comme pour une pub de dentifrice, ce qui va très bien vu les lieux. "Oui, je souffre énormément et je n'ai confiance qu'en toi pour me soigner..." Clin d’œil puis gommage du sourire. Bon, elle fait quoi maintenant ? Elle se barre ? Elle aimerait bien mais le temps de trouver une adresse et un créneau libre pour un nouveau rendez-vous, elle s'arracherait la dent avant pour plus avoir mal. "Y a pas une radio à faire ? " La fille de l'accueil lui en a parlé, Riley a même été rassurée quand elle lui a dit que quelqu'un allait arriver. Karma de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Faye Calloway

Age : Déjà la trentaine.
Statut civil : Mariée, à se convaincre que tout va bien dans son couple.
Selfie :
Messages : 100
Pseudo : Mrs. Chaplin
Avatar : Brie Larson.
Crédit : ava (lilousilver), gif (found on tumblr).

MessageSujet: Re: when things couldn't get worst ○ riley&faye   Lun 29 Jan - 23:04

when things couldn't get worst
riley & faye

Puisque je suis coupable et que j’ai des remords, il m’est souvent arrivé de me faire ce scénario et d’imaginer ce que ça serait, de la revoir. La plupart du temps, ça se termine mal. Tobias apprend que j’ai menti, il divorce et va faire sa vie avec Riley et ils vivent heureux jusqu’à la fin des temps. Oui, je suis dramatique lorsqu’il est question de me préparer mentalement à toutes situations. Mais parfois, il m’arrive de penser que ça pouvait bien se passer. Après toutes ces années, elle aurait pu passer à autre chose et il n’y a qu’un petit malaise entre nous, rien de grave. But let’s be honest… C’est trop beau pour être vrai. Impossible que de la voir et de faire la faux-cul. La preuve, dès que je l’ai vu, j’ai figé… Et puisque je suis au travail et que personne ne peut m’aider, je ne peux pas m’enfuir en courant.

Du coup, avant d’arriver à la salle de radiographie, je me prépare mentalement. Je me demande ce qu’elle peut faire ici, je me fais croire qu’elle veut sûrement me faire chier, parce que sérieux… Pourquoi ce cabinet ? Ce n’est pas comme s’il n’y avait qu’un dentiste en ville. Je me donne des raisons d’être froide. Non, ceci n’est pas de l’intimidation. C’est de l’auto-défense, contre mes propres erreurs, mais détail. « Oui, je souffre énormément et je n'ai confiance qu'en toi pour me soigner... » Son attitude me déstabilise et me pousse à croire que j’ai raison. Provoquer les gens, elle adorait. Du moins, de ce que je me rappelle. C’était drôle, lorsque nous n’en étions pas victime. Je lève les yeux au ciel, énervé. On se croirait être au lycée. « Y a pas une radio à faire ? » Malheureusement, oui. Pourquoi je n’ai pas choisi un travail de bureau, sans contact avec personne. Ça m’éviterait des situations comme celle-ci. Là, je suis coincée avec elle et si je décide de ne pas m’occuper d’elle, Kristen va tout raconter au dentiste et je vais être dans la merde. Quoique je pourrais toujours inventer une histoire bidon sur Riley… Non, Faye. Assez les mensonges, tu ne fais que te caler. Bientôt, tu seras le Titanic et tu ne pourras plus t’en sauver. « Assieds-toi là. » finis-je par dire en lui montrant le banc. Au moins, pendant la radio, elle ne peut pas parler. Je m’approche, mais mon corps me pousse à aller dans l’autre sens. Sauf que je n’ai pas trop le choix. Je prends le nécessaire et poursuit avec les procédures pour les radios. Je lui parle que pour lui dire quoi faire, mais ne m’attarde sur rien d’autre malgré les questions qui tournent dans ma tête.

Une fois terminée, je m’assois au bureau pour regarder les radios. Et tandis que je prends des notes, j’hésite plusieurs fois à lui demander ce qu’elle fait. Honnêtement, je ne sais même pas si je veux savoir. Je redoute la réponse. Mais peut-être que je me fais des scénarios encore une fois.   Je finis par me tourner vers elle. Si je ne pose pas la question, je ne le saurais jamais et me connaissant, je n’arriverai pas à dormir. « Pourquoi t’es là Riley ? » Je demande, tout simplement. Mais avant qu’elle puisse répondre, je décide d’ajouter : « Sérieusement, cette fois-ci. » Avant qu’elle me sorte une autre connerie du genre : « Parce que tu me manquais » ou peu importe. Je n’ai pas envie de passer trois heures à tenter de lui soutirer la réponse. « Tobias sait que t’es là ? » C’est ce qui m’inquiète. Et en ce moment, je me sens conne de dire ça. Car si c’est « oui », je vais me fâcher contre lui alors que je ne suis pas la mieux placé pour parler. Après ce qui s’est passé avec Evan.



_________________
    faye calloway ◇ just one hand can heal another. be a part, reach a heart just one spark starts a fire. with one little action, the chain reaction will never stop. make it strong, shine a light and send it on. crédit endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: when things couldn't get worst ○ riley&faye   

Revenir en haut Aller en bas
 
when things couldn't get worst ○ riley&faye
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rabbit says bizzare things -- is it possessed?
» and i can escape from the prison you put me in (riley)
» All thing zombie
» « There are no such things as strangers (...) » feat. Raquel Marques
» I still remember all of the things you said to me | Parfaite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Lights ::  :: Downtown-
Sauter vers: