AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Good to see you again - Damien&Evan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar
Evan Emerson

Age : 34 ans (17/07)
Métier : Chanteur du groupe Empire of The Sun
Statut civil : Célibataire amoureux de son ex
Selfie :
Messages : 500
Quartier : Kemptown, 24, st george's rd #2
Plaisir coupable : Les One Direction
Pseudo : Amfly
Avatar : Hunter Parrish
Crédit : Moonic

MessageSujet: Good to see you again - Damien&Evan   Ven 15 Déc - 9:48



Un petit dimanche bien tranquille. Ok qu’on soit le weekend ou non ça ne change rien pour moi vu que je n’ai pas vraiment de semaine de boulot, mais c’est toujours bien de pouvoir voir sa famille le dimanche. Un repas du midi dans la maison familiale, c’est la base. On essaie de s’en faire le plus souvent possible. Pas toutes les semaines non plus, mais limite toutes les deux semaines. Surtout quand je suis là. Parce que ouais, il n’est pas rare que je sois en tournée. Là on a du répit pour un moment, on a fait une tournée y’a pas longtemps. Même si je dois dire que ça me manque déjà un peu. J’aime trop la scène et mon métier. Mais bon l’année 2018 se profile doucement et on a pas mal de trucs prévu. Ca ne va pas être de tout repos. Mais c’est ce qu’on aime.

Il est 19h30 quand je quitte la maison de mes parents. Il fait déjà nuit bien évidemment. Ca déprime légèrement quand il fait noir si tôt. Je préfère largement l’été à l’hiver. D’ailleurs c’est la nuit qui ne m’aide pas à reconnaître la personne qui est devant la maison d’à côté. C’est parce que je me rapproche et que je connais cette maison que je m’y attarde. Damien ! C’est bien lui ! Wow ça fait un baille qu’on s’est pas croisé tous les deux. Je m’arrête devant sa maison et je lui fais un signe de la main, attendant qu’il me remarque.

« Hey ! »

Quelles sont les chances pour qu’on se retrouve tous les deux devant chez nos parents aujourd’hui à cette heure ci ? Je ne sais pas mais elles sont minces. Il a l’air sur le départ lui aussi parce qu’il vient à ma rencontre et je lui serre la main avec une petite accolade.

« Ca fait quoi ? Au moins cinq ans qu’on s’est pas vu non ? »

Je sais pas pourquoi il faut que je quantifie les choses, mais c’est la première chose qui m’est venu à l’esprit en le voyant. Marquer de combien de temps on ne s’est pas croisé.

« T’as pas trop changé. Peut être un peu plus de muscles. »

Il a l’air plus imposant que la dernière fois que je l’ai vu. Il est plutôt beau gosse le Damien, ça ne m’étonne pas qu’il aille à la gym pour façonner sa silhouette. Faudrait que je fasse de même mais j’ai du mal. J’ai quand même de la chance d’être mince.


_________________
If you just let me in
For the last time, my love, I swear. I'll tell you everything. One more time, just one more time (c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Damien Orseman

Age : 33 ans
Métier : Professeur d'arts martiaux
Statut civil : Célibataire
Selfie :
Messages : 102
Quartier : Preston Park
Plaisir coupable : J'avoue tout : le chocolat
Info en vrac : Allons à l'essentiel : pour soigner ma mère et payer le loyer et autres charges, j'ai été dans ma jeunesse dealeur de drogues - auxquelles je n'ai pratiquement jamais touché. J'ai fais trois ans de prison, et, à la sortie, ai ouvert mon propre dojo où je donne des cours de Karaté et de Viet Vo Dao. J'exerce à présent depuis plus de quatre ans, et mène une vie des plus saines avec mes deux petits chiens. Ma vie sociale est très riche, mais j'essaie surtout depuis quelques temps de trouver l'amour avec un grand A pour combler ce vide affectif que je ressens. J'ai beau être très entouré, je suis toujours en manque d'affection !
Avatar : Nick Bateman
Crédit : Moi-même
Disponibilité RP : Disponible

MessageSujet: Re: Good to see you again - Damien&Evan   Ven 15 Déc - 21:51

Good to see you again
Evan & Damien

Une fois n’est pas coutume, je me levais tôt pour aller m’occuper de ma mère avant d’aller travailler au Dojo. La journée passant, je revenais ensuite la voir, prenant le relais avec sa soignante attitrée pour l’installer dans son lit après l’avoir faite manger et l’avoir lavée. Cette femme étant très occupée, elle ne pouvait pas tout faire, et c’était la seule que j’avais trouvé suffisamment qualifiée et aux petits soins pour pouvoir l’embaucher, quitte à mettre également la main à la pâte pour finir de m’occuper de ma mère. C’était ainsi depuis des années, heureusement sa soignante avait pu prendre sur elle et s’occuper davantage de Maman lorsque j’avais fait mes années prison, durant quatre ans. Dès ma sortie en revanche, j’avais pris le relais, voyant également par là un moyen de rattraper le temps perdu auprès d’elle. C’était ce qui avait été le plus difficile pour moi durant ma peine : ne pas pouvoir la voir ni en prendre soin, et me faire totalement oublier de ma génitrice dont la mémoire s’éteignait rapidement et sûrement, la démence prenant place dans son esprit. Aujourd’hui, elle savait qu’elle avait un fils, mais elle ne se rappelait jamais que c’était moi, gardant dans son esprit l’image d’un enfant joyeux, aimant et hyperactif que j’avais été. Ce soir, j’étais rentré dans ce qui avait été ma maison autrefois, et avais dû la calmer lorsqu’elle avait cru qu’un étranger rentrer chez elle.

« Non Maman, c’est moi. Damien. Calme-toi, d’accord ? » Lui dis-je d’une voix très douce, armé de patience.

Je l’aidais à s’assoir sur le canapé et lui montrais une nouvelle fois ces photos que j’avais encadrées sur le mur et qui nous représentaient tous les deux.

« Là, tu vois ? Tu me reconnais à présent ? » Lui demandais-je.

De sa main tremblante elle caressa le verre qui séparait sa peau du toucher du papier glacé des clichés, et un sourire se dessina sur ses fines lèvres.

« Allez, viens. Tu vas manger maintenant. »

Son aide-soignante avait eu le temps de lui préparer une soupe de courges ainsi qu’un œuf à la coque pour l’apport en protéines.

« Mon vin, n’oublie pas mon vin. » Me dit-elle, ce qui me faisait toujours sourire.

« Ça tu ne l’oublies pas, pas vrai ? » Lui dis-je, ce qui la fit doucement rire.

Je lui versais un peu de vin au fond de son verre, qu’elle but avec plaisir. Puis je l’essuyais avec une serviette en papier, et l’aidais à se lever pour partir en direction de la salle de bain. Avant toute chose elle fit ses besoins, puis je la lavais à l’aide d’un gant et d’un savon à la pêche, son préféré. Enfin, je l’aidais à se vêtir, en enfilant sa robe de chambre, et l’aidais à s’allonger dans son lit en maintenant son bras tremblant à cause de ce foutu Parkinson.
La bordant, je lui dis alors d’une voix douce :

« Je reviens te voir demain, comme tous les jours. Bonne nuit, Maman. »

Je déposai un tendre baiser sur son front et éteignis la lumière derrière moi, branchant une petite veilleuse pour qu’elle ait un rayon de lumière. Parfois, j’avais l’impression que c’était moi son père, et que je m’occupais d’une gamine relativement facile à vivre. Car ça, je devais bien l’admettre, après sa période Gilles de la Tourette passé, elle était redevenu agréable à vivre. Me faire insulter en longueur de temps avait été une rude épreuve pour les nerfs, et j’avoue qu’il m’était arrivé de craquer. Mais aujourd’hui sa maladie avait continué de progresser, et heureusement avec elle ce syndrome avait disparu.

Je sortis sur le perron de la porte et fermais la porte à clé derrière moi, avant d’entendre un élan de voix qui me fit sortir de mes pensées. Je plissais les yeux, et un large sourire se dessina sur mes lèvres lorsque je reconnus celui qui m’avait interpellé en face de chez moi.

« Evan ? Bon sang, j’y crois pas ! » Lui dis-je en venant à sa rencontre, répondant à sa poignée de main et à son accolade.

« Cinq ans, déjà ? Attends… Oui t’as raison, ce doit être ça. Ça ne nous rajeunit pas ! » Riais-je.

« Toi non tu n’as pas trop changé, plus, si ce n’est que je dois te féliciter ! Tu passes souvent dans tes clips, là où je bosse. Chapeau, tu as bien réussi à ce que vois ! Qui aurait cru que je serai le voisin d’une star ?! » Lui dis-je en étant sincèrement très heureux pour lui de sa belle réussite.

« Ça te dit qu’on aille se boire un verre ? Ca me ferait plaisir d’avoir une interview privée avec toi. » Plaisantais-je.


_________________

If I talk to you, i will fall in love all over it.
« Restless in dreams, love carved in stone, This rhapsody of life, in a way, I guess we all know it » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Evan Emerson

Age : 34 ans (17/07)
Métier : Chanteur du groupe Empire of The Sun
Statut civil : Célibataire amoureux de son ex
Selfie :
Messages : 500
Quartier : Kemptown, 24, st george's rd #2
Plaisir coupable : Les One Direction
Pseudo : Amfly
Avatar : Hunter Parrish
Crédit : Moonic

MessageSujet: Re: Good to see you again - Damien&Evan   Sam 23 Déc - 18:33


Lui aussi est surpris de me croiser. Après tout on ne doit pas venir chez nos parents très souvent, et se croiser relève du défi. Sauf aujourd’hui. On a été en phase, quittant le domicile familiale en même temps. Je kiffe qu’il ait l’air content de me voir quand même. C’est vrai qu’on a toujours eu de bons rapports tous les deux, même si on se voyait pas des masses non plus. Je me souviens que ça fait cinq ans qu’on s’est pas vu parce que ça coïncide avec l’écriture d’une chanson qui m’a bien marqué à l’époque. Je retiens facilement les années pour mes chansons. C’est clair que ça nous rajeunit pas cette histoire. J’étais encore avec Michelle quand on s’est vu pour la dernière fois. Une ancienne vie. Le bon vieux temps. Je souris quand il me dit que je passe souvent à la télé. Ca me fait plaisir de savoir ça.

« Une star c’est peut être trop fort comme mot. »

J’ai une vie tout à fait normale mis à part que je gagne ma croûte en chantant et parcourant les routes pour chanter encore plus. C’est vrai que c’est pas donné à tout le monde d’avoir une vie comme ça. Je suis privilégié, mais ça n’a pas été de tout repos. Y’a beaucoup de boulot derrière. J’hoche la tête quand Damien propose d’aller boire un verre. J’ai rien de spécial de prévu pour ce soir. Je comptais me mater une série dans mon canapé tranquille, mais une bière c’est un tout aussi bon programme.

« Va pour une bière ! Et pour ce qui est de l’interview je sais pas… »

Je ris un peu. Je ne sais pas si j’ai envie d’être questionné, même si les trucs de bases vont être mis sur la table c’est sûr. Comme les relations sentimentales, enfin, je suppose. A notre âge c’est souvent l’heure de la vie de famille. J’esquiverai le sujet, espérant qu’il en fasse de même.

On se rend au pub le plus proche, y’en a un paquet en ville, je crois que je les ai tous fait depuis le temps. J’ai mes favoris mais ce soir je réfléchis au plus près. La flemme est un peu là et la bière reste bonne où qu’on aille. A moins que ça soit que je suis pas difficile de ce côté là ? Peut être. On se retrouve au comptoir rapidement et on se fait servir.

« Alors quoi de neuf depuis le temps ? »

Voilà c’est assez large pour qu’il me dise que ce qu’il souhaite. Voir rien du tout si il a pas envie de parler, mais quand même ça m’étonnerait. C’est lui qui a proposé de boire un coup tous les deux. Il doit avoir envie de donner des nouvelles. Je bois une gorgée de ma bière en le regardant. Il a toujours été plutôt beau gosse le Damien. Très agréable à regarder.

« Tu fais grave de sport non ? »

Moi je ne suis pas aussi bien foutu que lui.


_________________
If you just let me in
For the last time, my love, I swear. I'll tell you everything. One more time, just one more time (c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Damien Orseman

Age : 33 ans
Métier : Professeur d'arts martiaux
Statut civil : Célibataire
Selfie :
Messages : 102
Quartier : Preston Park
Plaisir coupable : J'avoue tout : le chocolat
Info en vrac : Allons à l'essentiel : pour soigner ma mère et payer le loyer et autres charges, j'ai été dans ma jeunesse dealeur de drogues - auxquelles je n'ai pratiquement jamais touché. J'ai fais trois ans de prison, et, à la sortie, ai ouvert mon propre dojo où je donne des cours de Karaté et de Viet Vo Dao. J'exerce à présent depuis plus de quatre ans, et mène une vie des plus saines avec mes deux petits chiens. Ma vie sociale est très riche, mais j'essaie surtout depuis quelques temps de trouver l'amour avec un grand A pour combler ce vide affectif que je ressens. J'ai beau être très entouré, je suis toujours en manque d'affection !
Avatar : Nick Bateman
Crédit : Moi-même
Disponibilité RP : Disponible

MessageSujet: Re: Good to see you again - Damien&Evan   Dim 31 Déc - 12:35

Good to see you again
Evan & Damien

Nous marchâmes jusqu’au premier bar que nous trouvâmes, et pénétrâmes dans les lieux où la musique fusait. Quelques vieillards ivres morts tenaient à peine assis sur les hautes chaises du comptoir. Hormis eux, l’endroit était essentiellement composé de jeunes qui passaient leur soirée à rire dans la joie et la bonne humeur, et d’autres d’environ notre âge, bien occupés à séduire leur nouvelle conquête de façon pas toujours romantique et un peu lourdingue. Nous décidâmes de nous rendre au comptoir dans la partie éloignée des alcooliques, afin de pouvoir discuter tranquillement. A notre passage, nous attirâmes les regards féminins comme une toile d’araignée attire les mouches et les prends au piège. Evan était un beau garçon, en plus d’être célèbre, alors la plupart devaient se demander où ils avaient déjà pu voir ce visage qui devait leur être aussi familier. Quant à moi, j’attirai également les regards par ma plastique, ce qui, parfois, pouvait s’avérer être agaçant. Combien de femmes s’arrêtaient à l’apparence et me considéraient comme un trophée à exhiber à qui voulait bien le voir ? Trop. Beaucoup trop. Si c’était flatteur au début, ça devenait vite franchement agaçant.
Evan me demanda quelles étaient les nouvelles, m’extirpant dès lors de mes pensées.

« Et bien… Je m’occupe toujours autant de ma mère. Tu sais qu’elle était malade, mais nous avons sous-estimé l’ampleur de la pathologie. Aujourd’hui elle est complètement dépendante, alors j’assure les soins avec son aide de vie. Rien de bien réjouissant, donc. Et toi, que deviens-tu ? Tu vis toujours à Portslade ? Tu dois pas mal voyager pour tes tournées, non ? »

Je n’allais certainement pas entrer dans le détail, ni même ne serait-ce qu’effleurer le sujet de l’emprisonnement. Mes années tôle étaient derrière moi, et je n’avais rien fait de bien grave. Enfin si, dans un sens, car on ne peut pas considérer que revendre de la drogue soit particulièrement glorieux. Mais je n’avais jamais tabassé qui que ce soit, ni attenté à la vie d’autrui. Alors cette part de mon existence resterait à jamais secrète, tant et si bien que je n’aurai jamais à mentir sur ce sujet que je n’aborderai même pas. Du moins je l’espère, car je détestais mentir. Au pire je dirai que je me suis occupé de ma mère à plein temps en faisant de nuits quelques petits boulots çà et là pour gagner ma vie et pouvoir monter mon Dojo.

« Et toi, raconte-moi. Comment as-tu réussi à percer dans la musique ? Je sais que tu chantais souvent avant, tu as toujours eu ça dans le sang. Je suis fier pour toi que tu ais réussi à en faire ton métier et que tu parviennes à en vivre et à avoir ton succès. »

Je ne pus m’empêcher de rire lorsqu’il me demanda si je faisais beaucoup de sport. Je lui confirmai alors :

« Effectivement. Tu sais que ça a toujours été ma passion, et il y a quatre ans j’ai pu réaliser mon rêve : ouvrir mon propre Dojo. Les arts martiaux ont toujours été mon truc, du coup j’enseigne le Karaté et le Viet Vo Dao. Je fais huit heures de sport par jour. » Lui expliquais-je.

Oui, huit heures de sport, voilà quel était mon rythme. Mais le travail paye, et je pouvais aisément vivre de mon travail tout en sculptant mon corps, chose sur laquelle je mettais un point d’honneur. De plus, j’avais été sacré champion du Royaume Uni en Karaté, titre dont je ne me vantais pas mais qui était tout de même ma fierté. Tous mes trophées et toutes mes médailles reposaient sur une grande étagère derrière le comptoir de l’accueil au Dojo.

« Sinon toi, raconte-moi. Comment es-tu devenu célèbre ? Qu’est-ce qui t’a projeté en avant ? Ce n’est pas tous les jours que l’on découvre que son ami est une rock star. » Lui dis-je dans un clin d’œil complice, alors que le serveur arriva.

Il nous demanda ce que nous désirions commander. D’un geste de la main, je fis signe à Evan de commencer le premier. Lorsqu’il eut passé sa commande, je demandai à mon tour :

« Pour moi ce sera une Piña Colada. Merci. »

L’homme nota sur un papier la commande et s’éloigna pour préparer nos boissons. Je me tournai alors vers Evan, curieux de découvrir tout ce qu’il avait à me dire.



_________________

If I talk to you, i will fall in love all over it.
« Restless in dreams, love carved in stone, This rhapsody of life, in a way, I guess we all know it » ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Evan Emerson

Age : 34 ans (17/07)
Métier : Chanteur du groupe Empire of The Sun
Statut civil : Célibataire amoureux de son ex
Selfie :
Messages : 500
Quartier : Kemptown, 24, st george's rd #2
Plaisir coupable : Les One Direction
Pseudo : Amfly
Avatar : Hunter Parrish
Crédit : Moonic

MessageSujet: Re: Good to see you again - Damien&Evan   Jeu 18 Jan - 17:00



Il me parle de sa mère qui était malade et qui visiblement l’est toujours. Ben merde alors. Je me retiens tout commentaire parce que je ne sais pas quoi dire exactement sur le sujet. Je ne connais pas sa mère et nous ne sommes pas spécialement proche lui et moi. Je ne me vois pas tenter de lui filer des conseils pour gérer la situation. Non en vrai je sais vraiment pas quoi dire, c’est un peu malaisant comme sujet. Ca plombe l’ambiance. Heureusement il enchaîne la conversation et on ne reste pas là dessus.

« Je suis à Kemptown maintenant. Un petit appart’ tranquille. On a pas mal voyagé ouais. C’est une chance dans ce métier. Même si j’ai pas eu le temps de visiter correctement toutes les villes où on est allé. »

Ca me fait un peu rire. Il est curieux à propos de ma musique. Il parle beaucoup que j’en oublie ce qu’il a commencé à dire.

« Succès surtout en Angleterre. On essaie de percer dans les autres pays et on a des fans mais c’est pas non plus un truc de malade. On rempli pas l’O2 Arena encore. »

Je ris. Il s’agit d’une salle contenant 20 000 places.

« Pas encore. Mais ce serait bien. C’est sur ma bucket list. »

En vrai on l’a fait l’O2 Arena, mais on était qu’en première partie. Ca reste un énorme souvenir. On parle du sport et il me dit que ouais il en fait un paquet. C’est même son métier. Je comprends mieux sa condition physique parfaite. Je suis un peu jaloux.

« Faudrait que je fasse plus de sport moi. Je me contente de courir une fois par semaine et d’aller à la salle de sport une fois aussi. C’est pas assez. »

Si je veux rester en bonne condition. Je suis pas à plaindre, mais être musclé c’est toujours mieux. Damien revient sur le sujet de ma célébrité. Ca doit vraiment l’intrigué pour qu’il insiste autant. C’est vrai que je ne lui ai pas répondu tout à l’heure.

« Le boulot ça paye. »

Je ris encore. Dieu que je suis drôle.

« Je pense que l’inspiration et la créativité sont très important pour la musique. J’ai de la chance de faire des chansons qui touchent les gens. Après je sais pas, ça fait quand même des années qu’on est dedans maintenant. On a eu le temps de voir notre fanbase s’agrandir. »

En vrai je sais pas comment répondre à cette question. On a beaucoup bossé et c’est surtout ça la clé du succès. Des tournées, des albums encore et encore. Le serveur arrive et je me coupe pour lui répondre.

« Une bière pour moi. »

Quand il s’en va je reprends le fil de ma conversation.

« Mais ne croit pas que j’ai une vie de star. Je suis qu’un mec normal qui vit à Brighton et qui joue de la musique. J’ai pas de sécurité ou quoi. J’en suis pas à ce niveau là. Les gens me laissent tranquille. C’est à peine si on me reconnait. »

Sur ce point j’abuse parce qu’on me reconnait régulièrement, surtout à Brighton et à Londres. Mais c’est certainement moins que d’autres qui sont aussi dans le monde de la musique anglaise.

« Je suis pas riche non plus. Mon petit appart’ peut en témoigner. »

Et ça me fait rire une fois de plus.

« Et ouais du coup toi t’habites dans quel coin ? »




_________________
If you just let me in
For the last time, my love, I swear. I'll tell you everything. One more time, just one more time (c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Good to see you again - Damien&Evan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Good to see you again - Damien&Evan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» bonjours c' est damien iger
» Good english / german news radio for podcast
» Damien Jean ?
» Evan Paskowitz, le Gangrel.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Lights ::  :: Portslade :: Logements-
Sauter vers: