AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 slow down, jellybean | leween

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Corgi adoré
avatar
Lewis Duncan

Age : Vingt-cinq ans.
Métier : Etudiant en art dans un premier temps. Après je jongle entre vendeur de comics et serveur de cappuccinos.
Statut civil : Pringle. C'est comme single mais hungry.
Messages : 40
Plaisir coupable : Twitter. Je tweet, je stalk, je verse le thé comme disent les jeunes. Cette appli me bouffe une bonne partie de la journée mais hey, qui va divertir mes followers de bonnes anecdotes et autres blagues pourries si je ne suis pas là ? Je vous l’demande.
Pseudo : rena
Avatar : Awsten Knight.
Crédit : ©ilyria (avi.) + ©astra (sign.)

MessageSujet: slow down, jellybean | leween   Ven 8 Déc - 23:31

slow down, jellybean
Kathleen & Lewis

Qui a eu la merveilleuse idée de commencer son shopping de Noël à moins de deux semaines de la deadline ? C’est Bibi. Tous les ans je me fais la même réflexion, tous les ans les magasins sont blindés de monde, mais tous les ans je reproduis la même erreur. Dans le genre borné… Heureusement et par on ne sait quel miracle, j’ai réussi à embarquer Kath dans l’aventure, me procurant non seulement une compagnie bienvenue – on sait tous que faire du shopping en tête-à-tête avec soi-même c’est nul, soyons honnête – mais aussi et surtout une mine de conseils où je compte bien puiser l’inspiration nécessaire. Eh oui, qui dit famille très nombreuse dit aussi un tas de cadeaux à offrir.

Nous voilà donc à arpenter les galeries du grand centre commercial de Brighton, éclairé aux guirlandes lumineuses et autres petits sapins de Noël en plastique pour l’occasion. C’est mignon. Ce qui l’est moins en revanche c’est la foule compacte qui semble marcher au ralenti tout autour de nous, à croire que je suis le seul à savoir enclencher la seconde. Ugh. Rappelez-moi de venir au mois d’octobre l’année prochaine, au moins je serai pénard. C’est pourtant lorsque, pour la énième fois, je bredouille une excuse à la dame de devant pour avoir marché sur le talon de sa ballerine, que je prends conscience d’être effectivement le seul à me plaindre. À ma droite, Kath est silencieuse depuis qu’on a posé le pied hors de la voiture vingt minutes plus tôt, le nez plongé dans l’écran de son téléphone sur lequel elle pianote régulièrement. « J’espère que t’es pas en train d’envoyer des sextos à Emilio en plein shopping de Noël. » Je taquine. Il taquine. Je hausse un sourcil malicieux tandis que le rouge monte déjà aux joues de ma sœur, imitant presque la couleur de ses cheveux de feu, à mon plus grand plaisir. Même si ça ne fait que quelques jours que Kath a repris contact avec l’Italien, il faudrait être aveugle pour ignorer ce qu’il se passe entre ces deux-là. On n’en est pas encore au stade cul-cul-la-praline-ohmagadilesttropbotasvu – thank God – mais je ne suis pas dupe et j’ai bien l’intention de jouer la commère de service afin d’obtenir tous les détails croustillants. Et quel frère digne de ce nom passerait à côté d’une telle occasion de taquiner sa frangine à ce sujet ? Not me, that’s for sure. Alors avant qu’elle ne m’assassine littéralement du regard, je lève les deux mains en l’air au niveau des épaules en signe de défense, sans me départir de mon petit sourire. « Hey, t’es ma petite sœur. C’est mon job de tellement t’embarrasser que tu préféreras devenir nonne plutôt que d’approcher un mec. » Je ne suis pas quelqu’un de protecteur. Enfin, pas trop. Ouais bon ok, je suis légèrement protecteur en ce qui concerne les membres de ma famille. Sue me. Mais quand on a cinq sœurs et plus de trois milliards de menaces masculines potentielles, on se méfie.


_________________


flower boy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Kathleen Duncan

Age : vingt-cinq ans (08.06.92)
Métier : directrice du ranch familial & serveuse dans un bar le soir
Statut civil : célibataire et c'est mieux comme ça
Selfie :
Messages : 79
Quartier : Woodingdean, maison #4
Plaisir coupable : les DVD's. Je pourrais en acheter partout et tout le temps.
Info en vrac : je partage un toit avec mes sept frères et sœurs, mon neveu et quand il daigne de rentrer, mon père. › j'ai un frère jumeau et une sœur jumelle. › notre mère nous a abandonné en il y a 5 ans de ça et depuis, notre géniteur n'est plus que l'ombre de lui-même, préférant les bars au domicile familial. › j'ai décidé de lâcher mes études pour m'occuper de mes frères et sœurs, mais également pour reprendre le ranch familial. je ne pouvais pas me résoudre à le vendre. › on raconte que j'ai su monter à cheval bien avant de savoir marcher, mais après une mauvaise chute, cette passion est passée au second plan. › je ne suis jamais tombée amoureuse. › je suis une grande fan de Disney, même si je l'avoue qu'à très peu de monde.
Pseudo : la savoyarde, la seule, la vraie (philla)
Avatar : ebba Zingmark
Crédit : avatar › elea. | signa › astra
Disponibilité RP : yes, baby

MessageSujet: Re: slow down, jellybean | leween   Sam 9 Déc - 0:15

Slow down, jellybean
Lewis 1 Kathleen

Contrairement à mon adoré et cher frère, mes cadeaux de Noël, ils sont tous prêts et emballés depuis déjà plus d'un mois. Parce que j'aime m'y prendre à l'avance et surtout parce que les prix sont nettement moins chers avant les fêtes. Simple stratégie commerciale. A une exception. Le sien. Chaque année, c'est de longues et interminables journées de réflexion auxquelles je dois faire face pour lui dégotter quelque chose qui lui plaira. Seulement, je commence à avoir fait le tour. Entre les fringues moches dont il fait la collection et les comics qu'il a par centaine, je ne sais plus comment me renouveler. Et c'est sans l'ombre d'un doute pour ça que j'ai accepté de l'accompagner à sa séance shopping alors que j'avais vraiment autre chose à faire que de traîner dans les magasins que j'ai déjà arpentés en long en large et en travers quelques semaines plus tôt. Comme, par exemple, de m'attaquer à cette pile de vaisselle qui me nargue et qui continuera de me narguer parce que personne n'osera s'en approcher par peur de perdre un doigt voire une main. Mais puisque je suis là, avec lui, ma stratégie est donc la suivante : le suivre comme un gentil petit toutou et tenter de repérer les moments où il flash sur quelque chose qui lui plaît. C'est aussi simple que ça. La seconde partie du plan, en revanche, elle l'est nettement moins. Je le connais et je sais qu'il ne va pas me lâcher d'une semelle…

La tête plongée dans mon téléphone, j'esquive du mieux que je peux les passants, manquant plusieurs fois de me prendre un ou deux dos. D'ailleurs, si je ne devais pas constamment relever le nez pour regarder où je vais, je pourrais presque me croire ailleurs qu'au centre commercial. Je réponds pour la énième fois à un message lorsque la voix de mon frère m'extirpe de mon écrit. Je n'ai pas besoin de me voir dans un miroir pour savoir que mon teint pâle vient de virer au rouge cerise. Je le dévisage, ne prenant même pas la peine de terminer mon texto et fourre mon téléphone dans la poche arrière de mon jean. Je n'arrive pas à croire qu'il ait osé dire ça. « Alors primo, je n'envoie pas de sexto à Emilio. Et secundo, ce n'est même pas avec lui que je parle… » Mon ton n'a rien de très convainquant, mais je n'ai pas d'explications à fournir à qui que ce soit et encore moins à cette fouine qui me sert de frangin. « Hey, t’es ma petite sœur. C’est mon job de tellement t’embarrasser que tu préféreras devenir nonne plutôt que d’approcher un mec. » Là, j'écarquille les yeux avant de lui donner un coup de coude dans les côtes. « Si tu crois qu'être né avec trois minutes d'avance te donne le rôle de grand-frère, tu te fourres les doigts dans l’œil jusqu'au coude ! » Pendant un cours instant, j'hésite à lui rappeler que s'il est sortie le premier, c'est surtout parce qu'il a été conçu le dernier. Ainsi, sa place d'aîné dans la fratrie en prendrait un coup, mais je préfère m'abstenir. On partirait sans doute dans un débat long et laborieux et je n'en ai pas envie. « Et quant bien même tu es le plus vieux des trois, je suis suffisamment grande pour me gérer toute seule. » Contrairement à Ava qui dépéri un peu plus chaque jour. « Et puis au pire… » dis-je en le foudroyant du regard. « Si j'ai envie d'écrire des sexto avec lui – ou n'importe qui d'autre – pendant notre shopping de Noël, je le fais. Ce n'est pas très orthodoxe, mais je ne compte pas me faire nonne, contrairement à ce que tu aimerais. » Avant même qu'il n'ait le temps de répondre et espérant mettre fin à cette discussion plus que gênante, je l'attrape par le bras et le traîne de force dans un premier magasin.

_________________
Fallen angel
Have we lost the magic that we once had ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Lewis Duncan

Age : Vingt-cinq ans.
Métier : Etudiant en art dans un premier temps. Après je jongle entre vendeur de comics et serveur de cappuccinos.
Statut civil : Pringle. C'est comme single mais hungry.
Messages : 40
Plaisir coupable : Twitter. Je tweet, je stalk, je verse le thé comme disent les jeunes. Cette appli me bouffe une bonne partie de la journée mais hey, qui va divertir mes followers de bonnes anecdotes et autres blagues pourries si je ne suis pas là ? Je vous l’demande.
Pseudo : rena
Avatar : Awsten Knight.
Crédit : ©ilyria (avi.) + ©astra (sign.)

MessageSujet: Re: slow down, jellybean | leween   Sam 9 Déc - 23:47

slow down, jellybean
Kathleen & Lewis

Et c’est reparti. Ce qu’il y a de bien avec Kath c’est qu’elle part au quart de tour à chacune de mes vannes, c’est génial. Aujourd’hui ne faisant pas l’exception, elle prend la mouche aussitôt et se dépêche de démentir point par point, offusquée comme si je venais d’insulter son poney préféré. Oui j’ai déjà essayé et non je n’en garde pas un bon souvenir. A croire que la loterie génétique l’a dispensée de tout humour, à mon seul profit. Alala. C’est bien triste. Seulement, ma dernière remarque n’a pas l’air de lui plaire puisque je sens bientôt une vive douleur – en vrai pas si douloureuse que ça mais j’aime exagérer – là où son coude vient de rencontrer mes côtes. « Aïeuh ! » Par reflexe, je viens frotter la zone touchée tandis que Kath en profite pour me sortir son refrain préféré. « Si tu crois qu'être né avec trois minutes d'avance te donne le rôle de grand-frère, tu te fourres les doigts dans l’œil jusqu'au coude ! » Sans rire, je pourrais réciter ces mots en même temps qu’elle si je le voulais à force de les entendre à toutes les sauces. Je lève les yeux au ciel, bien qu’incapable de réprimer un petit sourire narquois. « Reconnais les faits, Kath. De simples faits ! » En toute honnêteté, j’ai beau être né le premier, Kathleen incarne beaucoup mieux que moi la figure de l’aînée de la famille, que ce soit du côté de la maturité ou de la façon dont elle gère des responsabilités bien trop importantes pour une nana de vingt-cinq ans seulement. Mais bien évidemment, il faudra me passer sur le corps avant que je ne confesse cette vérité à voix haute. Question de fierté. « Et quand bien même tu es le plus vieux des trois, je suis suffisamment grande pour me gérer toute seule. » Elle me sort son numéro favori de la femme forte et indépendante qui fait ce qu’elle veut quand elle le veut – ce qu’elle est, indubitablement, vue la façon magistrale dont elle gère la maison Duncan. « J’en suis persuadé. » Malheur à celui qui osera un jour la prendre de haut, ma rouquine de sœur serait sans aucun doute capable de lui péter les genoux en un clin d’œil. Les roux ont un tempérament de feu, je peux en témoigner pour l’avoir vu en action à de maintes reprises… Mais quitte à parler stéréotypes, ça ne m’étonnerait pas qu’il y en ait un concernant leur manque flagrant de second degré. Ou alors c’est juste un cas isolé. Je finis par soupirer d'un air dramatique, marquant mon désintérêt total pour son petit cinéma. « Si tu l’dis. Mais je ne t’ai pas embarquée au centre commercial pour que tu passes ton temps sur ton portable alors reporte ton attention sur ma personne, ok ? » Mais j’ai à peine le temps de finir ma phrase que je me fais tirer par la manche à l’intérieur d’un magasin, non sans manquer de trébucher sur le chariot de course traîné par une vieille dame en manteau fleuri. « La délicatesse et toi ça fait deux, hein ? » grommelé-je en réajustant mon pull sur mes épaules avant de jeter un regard circulaire à l’intérieur. On s’est engouffré dans magasin de fringues, similaire à bon nombre mais qui à l’avantage de sembler, à vue d’œil, dans mon budget. Des dizaines de rayons bariolés se succèdent, passant du style "casual" à "soirée" en passant par les indémodables joggings, autrement connus sous le nom d’habits du démon. Je m’approche quand même, obéissant à un instinct bizarre qui me pousse à toucher la matière de la première veste en fausse fourrure qui passe à ma portée. « Ok, des fringues. Bonne idée. Simple. Efficace. » J’ai plusieurs frangines à qui une robe ou un nouveau top pourrait faire plaisir. Un problème persiste cependant… « Je n’ai aucune idée de ce qui est à la mode pour le commun des mortels. Va falloir que tu m’aides, Kath. » Forcément, quand on porte presque exclusivement des fripes et les deux mêmes jeans depuis cinq ans, on finit par se déconnecter de la réalité.


_________________


flower boy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Kathleen Duncan

Age : vingt-cinq ans (08.06.92)
Métier : directrice du ranch familial & serveuse dans un bar le soir
Statut civil : célibataire et c'est mieux comme ça
Selfie :
Messages : 79
Quartier : Woodingdean, maison #4
Plaisir coupable : les DVD's. Je pourrais en acheter partout et tout le temps.
Info en vrac : je partage un toit avec mes sept frères et sœurs, mon neveu et quand il daigne de rentrer, mon père. › j'ai un frère jumeau et une sœur jumelle. › notre mère nous a abandonné en il y a 5 ans de ça et depuis, notre géniteur n'est plus que l'ombre de lui-même, préférant les bars au domicile familial. › j'ai décidé de lâcher mes études pour m'occuper de mes frères et sœurs, mais également pour reprendre le ranch familial. je ne pouvais pas me résoudre à le vendre. › on raconte que j'ai su monter à cheval bien avant de savoir marcher, mais après une mauvaise chute, cette passion est passée au second plan. › je ne suis jamais tombée amoureuse. › je suis une grande fan de Disney, même si je l'avoue qu'à très peu de monde.
Pseudo : la savoyarde, la seule, la vraie (philla)
Avatar : ebba Zingmark
Crédit : avatar › elea. | signa › astra
Disponibilité RP : yes, baby

MessageSujet: Re: slow down, jellybean | leween   Dim 10 Déc - 16:21

Slow down, jellybean
Lewis 1 Kathleen

J'adore mon frère – et tous les autres membres de la tribu – je n'ai aucun doute là-dessus, mais bon sang, des fois, qu'est-ce que j'aimerais être fille unique. Nous sommes presque tous majeurs et vaccinés, mais entre les crises d'ados et les caprices d'enfants, il y a vraiment de quoi se poser des questions. Malheureusement, cette envie restera au stade d'utopie et la seule chose que je peux faire, c'est de prier pour que mes frères et sœurs apprennent à se servir d'un préservatif. Un marmot de plus à élever et peut-être que là, j'écouterais mon frère et me ferais nonne. Je lève les yeux vers le plafond parsemé de décorations de Noël en tout genre, préférant ignorer sa remarque digne d'un enfant de cinq ans en manque d'attention de ses parents. S'il avait l'âge de notre dernier frère, j'aurais sans doute trouvé ça attendrissant, là, j'ai juste envie de le planter là et de retourner dans la voiture. Parfois je me demande comment la nature a pu me donner un jumeaux aussi différent. Peut-être qu'il a été échangé à la naissance. Ou alors qu'il vient d'une autre planète. Je ne suis même pas sûre que cette option m'étonnerait. Et avec un peu de chance, c'est moi qui ne vis pas dans la bonne famille depuis tout ce temps. Je laisse de côté ce doux rêve et le traîne de force dans un magasin de vêtements. Évidemment, fidèle à lui-même, il se plaint de ma délicatesse non existente. « J'ignorais que tu étais fait en sucre. » dis-je en secouant la tête de droite à gauche. « Et je réserve ma douceur aux personnes qui le méritent vraiment. » Puis, il faut dire que si je veux continuer de me faire respecter un minimum par les plus jeunes de la fratrie, je préfère garder mon costume de dragon féroce plutôt que d'enfiler celui de la sœur niaise et qui dit oui à tout. D'autant plus que Lewis se complet à la perfection dans ce rôle, alors je lui laisse bien volontiers. Pendant qu'il observe avec attention les dernières nouveautés, je reprends mon portable qui ne cesse de vibrer depuis tout à l'heure. J'ai reçu une bonne dizaine de messages et de mails. Je prends donc le temps de taper le SMS que je n'ai pas eu le temps de finir quelques minutes plus tôt lorsqu'une voix lointaine parvient jusqu'à mes oreilles. Je relève la tête vers mon interlocuteur et le dévisage, incrédule. « Pardon ? Tu me parlais ? Tu disais quoi ? Je ne t'écoutais pas… » Je sais qu'il déteste ça, que je ne l'écoute pas. C'est peut-être même l'une des choses qu'il déteste le plus au monde, mais il n'est pas le seul à prendre du plaisir en enquiquinant les autres. Je suis une fille tout en contradiction. Dites-moi de faire blanc et je ferais noir. « Ça va, reprends des couleurs Cupcake, je te charriais. » Disons à moitié. Parce que je ne suis pas certaine d'avoir entendue sa phrase dans son entièreté, mais je me débrouillerais sans. « Bon, le premier conseil que je pourrais te donner, c'est très clairement que tout ce que trouveras de beaux ici, tu oublies. » Non pas qu'il n'est aucun goût vestimentaire… Ce n'est pas vraiment ça le problème, mais plutôt qu'entre ses goûts à lui et ceux de nos frangines, bah il y a plutôt un fossé  long de plusieurs kilomètres et qui, à mon avis, restera infranchissable pour toujours. « Puis entre nous, la mode, ça bouge tout le temps. Si c'est pour acheter quelque chose qui sera tendance que pour quelques mois, ça ne sert à rien. Mais j'ai lu quelque part que les couleurs prédominantes sont le marron et le beige pour cette fin d'année. » Oui, ça m'arrive parfois de lire des magazines féminins. « Oh et le gris tourterelle. » Je n'ai pas la moindre idée de ce qu'est le gris tourterelle, mais ça reste du gris. Je prends les devants en déambulant dans les allées, lui montrant à plusieurs reprises des articles en tout genre avant de me remettre à pianoter sur le clavier de mon téléphone. J'ouvre ma boîte mail et fait défiler les courriers reçus. Je fronce soudainement les sourcils et clique sur le troisième. Au fil de ma lecture, mon visage se décompose. Fais chier.

_________________
Fallen angel
Have we lost the magic that we once had ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Lewis Duncan

Age : Vingt-cinq ans.
Métier : Etudiant en art dans un premier temps. Après je jongle entre vendeur de comics et serveur de cappuccinos.
Statut civil : Pringle. C'est comme single mais hungry.
Messages : 40
Plaisir coupable : Twitter. Je tweet, je stalk, je verse le thé comme disent les jeunes. Cette appli me bouffe une bonne partie de la journée mais hey, qui va divertir mes followers de bonnes anecdotes et autres blagues pourries si je ne suis pas là ? Je vous l’demande.
Pseudo : rena
Avatar : Awsten Knight.
Crédit : ©ilyria (avi.) + ©astra (sign.)

MessageSujet: Re: slow down, jellybean | leween   Ven 15 Déc - 23:58

slow down, jellybean
Kathleen & Lewis

Ça fait plus de cinq ans que je baigne dans la mode – si on peut appeler ça une mode – propre aux écoles d’arts. Gros pulls en mailles, salopette en jean tachées de peinture, crayons coincés derrière l’oreille ou dans les cheveux pour faire tenir un chignon attaché à la va-vite… C’est assez expérimental comme look, je l’admets. L’avantage c’est qu’on les reconnaît tout de suite les artistes au milieu d’une foule. Bref, je m’égards. Tout ça pour dire que niveau fashion sense et hype de quelque sorte qu’elle soit, je suis clairement à la ramasse. C’est pourquoi je compte sur les conseils de ma frangine, misant tout sur un supposé sixième sens féminin… Les filles ont un instinct naturel pour ce genre de choses, pas vrai ? J’espère bien parce que sinon ce Noël risque d’être riche en émotions. Un peu perdu parmi toutes ces fringues aussi différentes les unes que les autres, je requiers donc l’assistance de ma jumelle, dont la réponse se fait attendre. Je tourne la tête, constate qu’elle n’a pas bougé de l’entrée du magasin, portable en mains et ce petit air surpris collé sur son visage innocent. « Pardon ? Tu me parlais ? Tu disais quoi ? Je ne t'écoutais pas… » Je grimace et lève les yeux au ciel en réaction. S’il y a bien une chose qui m’agace vraiment mis à part le combo leggings et bottines UGG, c’est qu’on m’ignore ouvertement. J’ai les cheveux bleus, bordel de slurk ! Qu’est-ce qu’il faut de plus ? La prochaine étape c’est de me balader avec une pancarte "Remarquez-moi" accrochée autour du cou. Mais en bonne frangine qui se respecte, Kath n’hésite pas à me faire le coup à chaque fois qu’elle en a l’occasion. La vilaine. « Ouais c’est ça, tu m’as très bien entendu. » grommelé-je en affichant une moue boudeuse. « Ça va, reprends des couleurs Cupcake, je te charriais. » Là je suis à deux doigts de lui tirer la langue tel un gosse de cinq ans et demi. Mais je me retiens parce que j’en ai vingt de plus et que je me dois de garder un minimum de dignité. « Tu ferais mieux de te rendre utile Gingerbread, les cadeaux ne vont pas se trouver tous seuls. » Ce qu’elle finit par faire, enfin. Non parce qu’à ce rythme, on aura fini notre shopping de Noël au mois de juillet prochain. « Bon, le premier conseil que je pourrais te donner, c'est très clairement que tout ce que trouveras de beau ici, tu oublies. » Ah ok. Piétine ma fierté sans vergogne, j’te dirai rien ! Je prends un air offusqué, main posé sur le cœur et sourcils levés bien haut pour accentuer l’effet. « Ouch. » Elles sont très bien mes fringues, merci bien. « Et puis t’es pas la dernière à venir taper dans ma penderie pour me piquer des sweats. Alors pouet-pouet. » Oui je sais, maturité blablabla. Mais n’oubliez pas que ma vie n’est qu’un long, très long babysitting et que je vis avec trois gosses de moins de dix ans, soyez indulgents. J’écoute néanmoins ses indications quant aux tendances hivernales de cette année tout en inspectant distraitement les différents étendoirs. Du beige et du marron donc. Dans le genre joyeux… En hiver, les gens sont dépressifs apparemment. « Oh et le gris tourterelle. » Je grimace et secoue la tête de droite à gauche. Gris tourterelle… On dirait le nom d’un pot de peinture de chez B&Q. « Oh j’aime beaucoup la couleur de votre salon ! – Oui c’est du gris tourterelle, c’est à la pointe de la mode, hihihi ! » Ugh. Je balaye ce scénario digne d’un épisode de Chercheurs d’appartements pour me reconcentrer sur les rayons de chemisiers qui semblent n’en plus finir… Quand soudain mon regard tombe sur un article qui fait naître des étincelles de malice dans mon esprit. Je décroche une blouse bleu marine arborant en son centre une sorte de pigeon brodé de sequins et la montre à ma sœur. « Hey. Gris tourterelle. » Pigeon. Tourterelle. Kath n’a pas l’air convaincue par ma blague mais moi je suis mort de rire. Alala. Qu’est-ce que je suis drôle. Je repose finalement l’affreux chemisier à sa place puis continue ma recherche, déambulant dans les allées comme si c’était ma plus grande passion. Quand je m’arrête pour la énième fois afin demander l’avis de ma frangine sur un cropped-top – oui, maintenant je sais que les hauts trop courts portent un nom, aussi dingue que ça puisse paraître – je constate pourtant que son attention s’est une fois de plus portée sur l’écran entre ses doigts, mais cette fois-ci elle le fixe avec un air digne de celle qui vient de croiser le fantôme de Lady Di. « Qu’est-ce qui se passe ? Les nudes d’Emilio sont décevants finalement ? »


_________________


flower boy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Kathleen Duncan

Age : vingt-cinq ans (08.06.92)
Métier : directrice du ranch familial & serveuse dans un bar le soir
Statut civil : célibataire et c'est mieux comme ça
Selfie :
Messages : 79
Quartier : Woodingdean, maison #4
Plaisir coupable : les DVD's. Je pourrais en acheter partout et tout le temps.
Info en vrac : je partage un toit avec mes sept frères et sœurs, mon neveu et quand il daigne de rentrer, mon père. › j'ai un frère jumeau et une sœur jumelle. › notre mère nous a abandonné en il y a 5 ans de ça et depuis, notre géniteur n'est plus que l'ombre de lui-même, préférant les bars au domicile familial. › j'ai décidé de lâcher mes études pour m'occuper de mes frères et sœurs, mais également pour reprendre le ranch familial. je ne pouvais pas me résoudre à le vendre. › on raconte que j'ai su monter à cheval bien avant de savoir marcher, mais après une mauvaise chute, cette passion est passée au second plan. › je ne suis jamais tombée amoureuse. › je suis une grande fan de Disney, même si je l'avoue qu'à très peu de monde.
Pseudo : la savoyarde, la seule, la vraie (philla)
Avatar : ebba Zingmark
Crédit : avatar › elea. | signa › astra
Disponibilité RP : yes, baby

MessageSujet: Re: slow down, jellybean | leween   Mer 27 Déc - 19:37

Slow down, jellybean
Lewis 1 Kathleen

Quand on me demande combien de gosses je dois (presque) élever seule, j'ai tendance à vouloir répondre quatre afin d'inclure Lewis parmi-eux. Il a beau être mon jumeau, des fois, j'ai vraiment l'impression que son corps a pris vingt ans, mais que son cerveau, lui, il n'a pas évolué. Du coup, je ne sais pas si je dois en rire ou en pleurer. Peut-être un peu des deux ? Au fond, même si je ne lui avouerais jamais, je crois que je l'envie. De nous trois, c'est le seul à avoir gardé son âme d'enfant tout en étant un adulte mâture – quoi que là, ça se discute – et responsable. Même s'il se range inévitablement du côté des mômes, il sait faire la part des choses et être sérieux quand il le faut. De mon côté, si je ne veux pas faire chavirer le navire, je dois m’accommoder du vilain rôle, avoir la triple casquette ; celle du père, de la mère et de la sœur. Mais ces derniers temps, j'ai plutôt celle des parents sur la tête et je doute que ça plaise. Peut-être que je devrais en parler avec mon frère ? Il me dira peut-être ce que le reste de la fratrie en pense. En espérant que ce ne soit pas trop négatif. Mais je n'ai pas réellement le temps de lui faire part de mon questionnement qu'il me presse. « Tu ferais mieux de te rendre utile Gingerbread, les cadeaux ne vont pas se trouver tous seuls. » Je fronce les sourcils devant le surnom qu'il vient de me donner et croise les bras sur ma poitrine. Je m'apprête à rétorquer, mais me ravise. Inutile de discutailler, je sais que je n'aurais pas le dernier mot. D'autant plus qu'il reste le roi de la blague et des surnoms ridicules alors je préfère ne pas tenter le diable. Je me contente de hocher la tête et commence à observer les articles qui m'entourent, tout en donnant quelques conseils de monde à mon cher frère. D'ailleurs, ma dernière petite pique le frappe en plein cœur et je lève les yeux vers le plafond. Il aurait dû faire comédien. « Et puis t’es pas la dernière à venir taper dans ma penderie pour me piquer des sweats. Alors pouet-pouet. » C'est faux ! Bon, d'accord, pas entièrement faux. Mais il a des sweats à motifs vraiment sympathique. « Parce que ton style vestimentaire n'est pas que mauvais. Tu as encore quelques bons goûts… Mais je pense que d'ici deux ou trois mois, tu seras aussi magnifique que la grand-mère de Neville Londubat. » Et tout le monde sait qu'il s'agit d'une véritable catastrophe. Je ne lui laisse pas le temps de contre-attaquer que je reprends déjà mes conseils. Je lui énonce les différentes couleurs à la mode cet hiver. Évidemment, il trouve le moyen de faire une blague douteuse et faisant rire que lui, concernant le gris tourterelle. Qu'ai-je donc fait pour mériter un frère comme lui ?

Pendant que Lewis regarde différents articles, je me tiens légèrement en retrait pour consulter mes nombreux mails et messages. Des broutilles, rien de bien intéressant, jusqu'au dernier mail qui me paralyse de stupeur. Je deviens livide et j'ai du mal à décrocher mes yeux de ce que je suis en train de lire. La voix de mon frère me semble être lointaine et parvient jusqu'à mes oreilles comme un simple murmure. « Qu’est-ce qui se passe ? Les nudes d’Emilio sont décevants finalement ? » Je relève la tête vers lui, le dévisageant avec incrédulité. Ses paroles atteignent enfin mon cerveau embrumé par le choc et je pique un phare. « Qu… quoi ? » Où est-ce qu'il va chercher ses idées lui ? Je secoue avec énergie la tête avant de lui donner une tape derrière la tête. « Primo, Lio ne m'envoie pas nudes et secundo, il n'aurait aucune raison de le faire ! Et pour finir, tait toi au lieu de dire des âneries, on n'est pas tous seuls ! » Il ne manquerait plus que les clients à côté de nous l'entendent et je pourrais me terrer au fond d'un trou pour le restant de mes jours. Ce n'est déjà pas facile d'être associé à notre père, mais alors si en plus il en rajoute une couche… « Tu te souviens du gamin qui s'est fait blesser par Fledge, l'étalon que j'essaie de dresser, parce qu'il m'a ouvertement désobéi en essayant de le monter ? » Je lui tends mon portable et montre de ma main de libre ce qu'il doit lire. « Et bien regarde. » Le mail vient de la mère du garçon, m'informant qu'elle porte de plainte pour mise en danger de la vie d'autrui. « Je n'arrive pas à croire qu'il ait menti à sa mère et qu'elle soit assez stupide pour croire la version de son fils plutôt que de la mienne ! » Et cette plainte, en plus de mettre la vie de Fledge en danger, elle nous met tous dans une situation délicate. Parce que le centre équestre est loin d'être aux normes et malheureusement, je n'ai pas encore les moyens nécessaires pour régler ce problème…

_________________
Fallen angel
Have we lost the magic that we once had ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: slow down, jellybean | leween   

Revenir en haut Aller en bas
 
slow down, jellybean | leween
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Slow
» [P.E.] Slow, chasseresse
» Slow Wine Montréal
» Nouvel Officier
» OpenNab 0.02

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Lights ::  :: Patcham :: Centre commercial-
Sauter vers: