AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the italian outcast.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
avatar
Emilio Pavone

Age : 27 ans.
Métier : On ne pourrait réellement désigner ce qu'il fait comme un métier. Faisons cela de façon simple: il baigne dans les affaires louches.
Statut civil : Célibataire endurci.
Selfie :
Messages : 16
Quartier : #11, Woodingdean chez papa & maman pour le moment.
Plaisir coupable : Les jolies fringues.
Avatar : Dougie Poynter
Crédit : Ava par Shiya.

MessageSujet: the italian outcast.    Jeu 23 Nov - 20:06


Emilio Pavone
feat Dougie Poynter | Gif by Novavalkrie

Nom complet: Emilio Vito Pavone, mais on l'appelle tout simplement "Lio".Âge, date et lieu de naissance: Né un 26 décembre 1989 à Napoli. Il a donc vingt-sept ans. Origines : 100% ferrari À Brighton depuis? : Il avait trois ans lorsqu'il est arrivé à Brighton. Métier/Occupation: Il a un bachelor & une maîtrise en affaires... mais il ne travaille pas dans un bureau à gérer une grosse compagnie. Il se charge plutôt d'augmenter le taux de criminalité de Londres et de ses alentours.   Statut civil: Célibataire et ça lui convient parfaitement. Orientation Sexuelle: Il n'a d'yeux que pour les courbes féminines. Plaisir coupable: Les fringues de grandes marques. Plus grande qualité: Persévérant. Plus grand défaut: Égoïste Groupe: Conquer all oceans. Scénario, pré-lien ou inventé ?: Inventé. Avatar: Dougie Poynter.


all these little things

○ Né un 26 décembre 1989 à Napoli dans une famille très aimante, mais aussi très criminelle.
○ Alors qu'il venait de souffler les bougies de ses trois ans, son père et sa mère ont décidé de fuir le pays avec sa petite soeur âgée de quelques mois ainsi que sa tante et ses deux cousins après l'assassinat sordide de son oncle. Une histoire de règlement de compte qui s'est très mal passée pour la famille Pavone. Napoli n'était plus sécuritaire, d'autant plus que les forces de l'ordre multipliaient les opérations pour mettre un frein aux activités illicites de la mafia.  
○ Ils étaient sensés s'installer initialement à Montréal, au Canada, mais des changements de dernière minute relatifs à leur demande d'immigration les ont forcés à changer de destination. L'Angleterre, finalement pas très loin de l'Italie, devenait ainsi leur nouveau chez-soi.
○ Il a eu une enfance des plus normales. Loin de la mafia italienne, son père ne s'est pas empêché de rejoindre le marché noir anglais dans l'espoir de gagner sa vie de la même façon qu'en Italie, c'est-à-dire illégalement. Alors que sa fille apprenait à marcher et que Lio commençait l'école élémentaire, le génie criminelle de son père l'a aidé à monter rapidement parmi les têtes dirigeantes du gang.
○ Il a toujours su que son père ne baignait pas dans la légalité. Son père pouvait peindre son travail comme un boulot honnête autant qu'il le voulait, mais Lio a fini par comprendre qu'il n'y avait rien de bon là-dedans. Les circonstances nébuleuses du meurtre de son oncle dont son père parle encore lui a fait comprendre dès qu'il a atteint ses treize ans qu'il n'était pas le fils d'un puissant homme d'affaires, mais d'un gangster.
○ Alors que les parents d'enfants normaux devraient les pousser à rêver d'une carrière prometteuse et respectable, son père l'encourageait davantage à rejoindre la business désormais dite "familiale". Son cousin de trois ans plus âgé, Matteo, a rejoint aussitôt qu'il a gradué du lycée. Son modèle était désormais un criminel et il avait de plus en plus envie de faire comme lui et son père, malgré les risques que comportaient leurs opérations.
○ Il a néanmoins complété un master afin de garnir son curriculum vitae. Ne vous m'éprenez pas: avec ce choix d'études, il ne comptait pas diriger une grande multinationale aux chiffres d'affaires phénoménales. Au contraire, il envisageait bien mettre son savoir au service de la "business" dans laquelle son père s'investit d'arrache-pied depuis son arrivée en Angleterre. Plutôt que de prévoir les perspectives de vente de marchandise industrielle, il calcule plutôt les profits possible sur une livraison clandestine de drogue. Et celle-ci, il sait très bien les gérer.
○ Il a passé deux ans en Italie pour compléter son master en affaires. Ayant maintenant gradué, il est de retour depuis quelques semaines pour travailler pour son père.
○ La prison ne lui fait pas peur, et ce, même s'il n'y a jamais mis les pieds. Son père ne s'est jamais fait attrapé et il en va de même pour son cousin. Si ses gestes sont bien calculés, de quoi pourrait-il avoir bien peur?
○ Sa soeur est tout pour lui. Il en prend soin comme une petite perle qui risquerait de s'émietter au moindre toucher. Il ne se gênerait pas d'éclater la tronche de quelconque homme qui oserait lui faire du mal.
○ Rares sont les personnes qu'il apprécie. Il n'a jamais été très social à l'école. Tout compte fait, il a pris du temps avant de se faire des amis. La seule et unique langue parlée à la maison est l'italien et il a donc eu beaucoup de mal à s'adapter quand il a commencé l'école élémentaire. Il s'est ainsi isolé et c'en est demeuré ainsi toute sa vie.
○ Les femmes, ce sont des coups d'un soir. Il n'a pas envie de s'attacher à quiconque, préférant se concentrer dans son travail. L'amour, c'est une faiblesse dont il ne peut se permettre.
○ Ses cigarettes l'accompagnent partout où il va. Avec un "métier" aussi angoissant, il a toujours besoin d'en griller une pour se détendre.
○ À défaut d'avoir des amis dans sa jeunesse, il jouait du violoncelle. Encore aujourd'hui, il passe plusieurs heures par semaine à se laisser emporter par une diversité faramineuse de morceaux. Sa mère se plait toujours à l'écouter jouer jusqu'à ce que ses doigts n'en soient plus capables.
○ Sourire est un verbe qui n'existe pas chez lui, sauf s'il s'agit de vouloir être sarcastique ou mesquin.
○ Emilio est plutôt égoïste et a des tendances narcissiques prononcés.
○ Il est également très froid de façon générale et ne se montre qu'extraverti qu'avec sa famille ou qu'avec ses rares amis.
○ Il aime les belles fringues; il prend soin de son apparence et aime mieux dépenser en vêtements et accessoires qu'en quelconque autre chose.


what about you ?
Pseudo/Prénom: Andywolf, mais on m'appelle Andy.  :uu:  Âge: Vingt-trois bougies de soufflées. Pays/Région: Caribouland. Comment es-tu arrivé ici ?: Le Saint-Esprit m'a amenée ici. Une petite blague pourrie ?: Les girafes n'ont jamais existé. C'est un coup monté! *badum tss* Petit plus: Yé vous aime  :hrt:
Code:
[color=#C5DFEB][b]avatar[/b][/color] → [i]pseudo[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Emilio Pavone

Age : 27 ans.
Métier : On ne pourrait réellement désigner ce qu'il fait comme un métier. Faisons cela de façon simple: il baigne dans les affaires louches.
Statut civil : Célibataire endurci.
Selfie :
Messages : 16
Quartier : #11, Woodingdean chez papa & maman pour le moment.
Plaisir coupable : Les jolies fringues.
Avatar : Dougie Poynter
Crédit : Ava par Shiya.

MessageSujet: Re: the italian outcast.    Jeu 23 Nov - 20:09

Je le savais. Je l’ai toujours su. Une partie de moi voulait se faire croire que mon père était un homme bon, un homme de grandeur qui n’avait que comme vice la cigarette. Et pourtant, j’ai toujours su qu’il baignait dans l’illégalité. La mort de mon oncle m’avait toujours parue plutôt nébuleuse, et ce, même si mon père s’entêtait à justifier son assassinat par un concours de circonstances regrettables. Mais dès que je fus assez vieux, j’ai compris. Ces hommes qui venaient visiter mon père, ces échanges d’argent louches, ces longues nuits où mon paternel disparaissait comme si de rien, ces fusils sur lesquels je suis tombé quand j’avais huit ans et qui m’a valu un sermon de ma mère...“Ne t’approche jamais de cette pièce!” Je savais que je n’avais pas le droit d’y aller. Mes parents me l’avaient dit maintes et maintes fois, mais la curiosité était telle que j’y étais allé à mes risques. J'y avais aperçu quelques coffres verrouillés et une arme sur une commode qui attendait patiemment d’être nettoyée. Je n’y ai plus jamais mis les pieds. Du moins, pas avant mes dix-huit ans, quand mon père m’a jugé assez vieux pour me faire comprendre ce qu’il attendait de moi. “Ce n’est pas Naples, mais il y a de l’argent à se faire ici, fiston. Un vrai royaume fleurissant de pognons sur lequel tu pourras un jour t’asseoir.” Mon père a toujours eu des idées majestueuses. Pour lui, le monde est à prendre. Il s’était fait une sacrée fortune à Naples. Son père était dans la mafia et il n’a pas failli à le rejoindre dès son adolescence. Certes, il lui a fallu partir. Les forces de l’ordre ne tarderaient pas de s’infiltrer davantage dans leurs manigances et il ne voulait pas être attrapé, d’autant plus que son frère venait d’être sauvagement abattu. Il était hors de question que nous y restions, et je fus donc forcé de déménager à l’autre bout du monde. J’y entendais une langue que je n’avais jamais entendu auparavant. Je me sentais désorienté et seul dans ce monde anglophone qui ne semblait pas avoir de place pour moi. Je m’y suis intégré bien malgré moi, mon coeur étant toujours demeuré en Italie. Certes, je n’avais que trois ans. Mais mes racines italiennes ne m’ont jamais quitté, si bien que je me considère davantage italien qu'anglais. Encore aujourd’hui, il n’y a rien de plus satisfaisant que de rencontrer un locuteur italien. Je me sens renaître lorsque je peux enfin m’exprimer dans ma langue natale. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je me suis absenté pendant deux ans. La complétion d’un master en Italie était l’excuse parfaite pour renouer avec mes racines et cette langue latine que je chéris tant. Mon père ne s’était pas particulièrement réjoui de la nouvelle, comptant sur moi pour reprendre les “affaires familiales”. Je suis revenu comme je suis parti: avec un sentiment de recul et d’amertume, mais prêt pour ce qu’il attend de moi. J’ai l’impression d’être parti tellement longtemps et pourtant, que deux ans se sont écoulés depuis que j’ai pris l’avion vers Rome. Le coeur grand et libre. Je reviens dans cette cage qu’est l'Angleterre, mais je me dois d’honorer mon père. Ma famille est ce que j’ai de plus cher. Ma soeur est ma petite perle que je protège comme tout grand frère se doit de faire, ma mère est mon idole et ma confidente, et mon père est la personne que je respecte le plus au monde. Il n’y a rien que je veux plus que de le rendre fier. Et donc, je me suis laissé baigner dans ce monde de drogue et de violence comme si c’était le seul chemin possible. C’est ce que je fais et compte faire jusqu’à ce que je meurs, que ce soit de vieillesse ou abattu par une balle perdue ou dirigée vers moi. Je l’ignore et en toute franchise, je n’en ai pas peur.

***

Magnifique. C’est comment je peux la décrire en un mot. Elle est magnifique autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. J’ai toujours eu une admiration pour cette jeune femme. Même quand nous étions enfants, elle savait se démarquer des autres. Certes, ce serait mentir de dire que j’étais en contact avec beaucoup d’autres enfants. Pour tout dire, je n’ai jamais eu beaucoup d’amis et j’ai toujours préféré être avec les amis de soeur, pourvu que j’avais quelqu’un avec qui parler italien. D’ailleurs, la rouquine ne devait certainement pas me comprendre quand je lui parlais. Il me fût du temps avant que je sois assez à l'aise pour m’exprimer dans la langue anglaise que je percevais comme un réel charabia. Elle m’a toujours poussé à sortir de ma bulle même si je préférais y rester, et c’est la raison pour laquelle nous sommes rapidement devenus amis malgré notre différence d’âge. Nous sommes demeurés amis très, très longtemps. Et quand j’eus dix-huit ans, j'ai réalisé qu’au fil du temps, cette amitié n’était plus réciproque. Pour moi, c’était bien plus. Mais j’avais peur d’être rejeté et de détruire ce que nous partagions, alors je n’ai rien dit. Un matin, piqué par je-ne-sais-quelle bestiole, j’ai décidé que je devais lui dire. Et c’est le même jour qu’elle m’a présenté son petit-ami.

La rentrée universitaire était imminente et j’ai pu peu à peu me détacher d’elle. Nous nous voyions à quelques reprises par l’entremise de ma soeur qui est demeurée sa meilleure amie. De toute façon, j’avais des objectifs familiaux sur lesquels me concentrer et peut-être qu'en fin de compte, c’était mieux ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar
Evan Emerson

Age : 34 ans (17/07)
Métier : Chanteur du groupe Empire of The Sun
Statut civil : Célibataire amoureux de son ex
Selfie :
Messages : 500
Quartier : Kemptown, 24, st george's rd #2
Plaisir coupable : Les One Direction
Pseudo : Amfly
Avatar : Hunter Parrish
Crédit : Moonic

MessageSujet: Re: the italian outcast.    Jeu 23 Nov - 20:30

DOUGIE MY BABY :amour: :amour:

T'AS VU QUE YA UN SHORT FILM QUI EST SORTI AUJOURD'HUI AVEC DOUGIE CHOU ? :eve:

_________________
If you just let me in
For the last time, my love, I swear. I'll tell you everything. One more time, just one more time (c)lazare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgi adoré
avatar
Kathleen Duncan

Age : vingt-cinq ans (08.06.92)
Métier : directrice du ranch familial & serveuse dans un bar le soir
Statut civil : célibataire et c'est mieux comme ça
Selfie :
Messages : 79
Quartier : Woodingdean, maison #4
Plaisir coupable : les DVD's. Je pourrais en acheter partout et tout le temps.
Info en vrac : je partage un toit avec mes sept frères et sœurs, mon neveu et quand il daigne de rentrer, mon père. › j'ai un frère jumeau et une sœur jumelle. › notre mère nous a abandonné en il y a 5 ans de ça et depuis, notre géniteur n'est plus que l'ombre de lui-même, préférant les bars au domicile familial. › j'ai décidé de lâcher mes études pour m'occuper de mes frères et sœurs, mais également pour reprendre le ranch familial. je ne pouvais pas me résoudre à le vendre. › on raconte que j'ai su monter à cheval bien avant de savoir marcher, mais après une mauvaise chute, cette passion est passée au second plan. › je ne suis jamais tombée amoureuse. › je suis une grande fan de Disney, même si je l'avoue qu'à très peu de monde.
Pseudo : la savoyarde, la seule, la vraie (philla)
Avatar : ebba Zingmark
Crédit : avatar › elea. | signa › astra
Disponibilité RP : yes, baby

MessageSujet: Re: the italian outcast.    Ven 24 Nov - 18:02

:marryme: :hugs: :mignon:
Je t'aimeee toi :l:

_________________
Fallen angel
Have we lost the magic that we once had ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Corgilicious
avatar
Autumn Wells

Age : La majorité internationale.
Métier : Barista, comme tous les milléniaux sans études qui cherchent à travailler un peu. Enfin, ça c'est ce que je dis pour justifier la rentrée d'argent dans mon compte, parce que t'auras beau parcourir tous les cafés de la ville tu ne me verras jamais derrière le comptoir avec un joli tablier.
Statut civil : Célibataire don't care.
Selfie :
Messages : 246
Quartier : Petit appart avec Noah à Kemptown. Je n'y suis que quelques soirs par semaine, préférant découcher quand c'est possible. Je me sens toujours mal de laisser Gus seul, mais bon. Noah ne l'avouera jamais, mais je sais qu'il l'adore notre p'tite (énorme) boule de poil.
Plaisir coupable : toi.
Info en vrac : Mon vrai prénom est Zoey, mais outre ma mère personne ne l'utilise. Pourquoi Autumn alors ? C'est de saison. - J'ai probablement déjà volé un truc chez toi. - Tu ne peux pas me dire non. - Menteuse pathologique avec un bon charisme, tu ne sauras jamais si je dis la vérité.

Pseudo : lenaira (aria)
Avatar : dua lipa
Crédit : balaclava (avatar), astra (signature)

MessageSujet: Re: the italian outcast.    Ven 24 Nov - 23:57

YOU MADE IT !

Tu penses faire ta loi, c'est ça hein ?  chelou Je dirai bien que je t'ai à l'oeil, mais j'aime mieux t'avoir dans ma poche. Bon jeu bb, rebienvenue chez toi :l:
••••••••••••••••••••
HOP HOP HOP ! Te voilà maintenant validé, prêt à rejoindre Mr. Fluff dans sa petite aventure à Brighton. Si vous n'êtes pas un nouveau, mais vous avez cédé à la schizophrénie, recenser votre nouveau perso dans le bottin des DC afin qu'on ne se perde pas. On s'occupe de lister votre avatar et votre pseudo! Tout d'abord, n'oubliez pas d'aller recenser votre métier et votre logement. Une fois ces étapes faites, vous pouvez aller à la chasse aux copains en postant une fiche de liens et, bien entendu, en allant en demander aussi. Pour rester en contact, pourquoi ne pas suivre la vague et créer votre téléphone, votre instagram et même un snapchat pour les plus téméraires d'entre vous ? Et si vous cherchez des liens en particulier, n'hésitez pas de poster dans la section scénario/pré-lien. Vous ne pouvez que réservez deux avatars par personnage, mais le nombre de scénario est illimité, tant qu'il n'y a pas d'abus. Il y a surement des personnages sur le forum qui peuvent combler certains liens que vous cherchez. Pour vos rps, n'hésitez pas à prendre notre jolie fiche de réponse adaptée aux couleurs du forum. Elle reste facultative, elle est plutôt là pour les flemmards qui n'ont pas envie de passer les trente premières minutes de rp à chercher une fiche.

De plus, sur Bright Light, nous avons comme but de collaborer avec les membres et de les écouter. Nous voulons savoir ce que vous voulez voir sur le forum, ce que vous détestez du forum. Voici notre philosophie. Venez proposez vos idées révolutionnaire, laisser votre trace et faite de Bright Light votre chez vous !

Sinon, vous voilà prêt à débuter votre aventure ! En espérant que vous vous amuserez bien parmi nous !  

_________________
zoey Just be careful, love ain't simple. Promise me no promises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: the italian outcast.    

Revenir en haut Aller en bas
 
the italian outcast.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Italian and German Sneak Crafts
» Italian National Championship 2011
» New Italian Forum!!
» Dystopian Wars - Choix des Nations
» [DW] Présentation, aides de jeu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bright Lights ::  :: Mr. Fluff will see you now :: Fiches validées-
Sauter vers: